Begaudeau.info, le site officiel de François Bégaudeau

Dis-moi

Pas encore membre ? Enregistrez-vous et simplifiez-vous les commentaires !

Posez une question à François dans les commentaires au bas de cette page en l’introduisant par « DIS-MOI », il y répondra régulièrement.

Vous pouvez également tenter une réponse à la question du moment posée par François à la suite du logo  François Bégaudeau pose des questions  et peut-être figurer dans les contributeurs retenus pour la compile.

Le logo question close signifie qu’ une question est close.

* Règle générale formulée ici-même par François en réaction à un post : «j’aimerais bien que cet espace s’épargne les petites piques mutuelles qui sont l’ordinaire des forums. Si les posts de X te déplaisent, ce qui est ton droit, il est toujours possible de ne pas les lire. Pardon de me faire arbitre des élégances, mais c’est un beau défi collectif que de résister ici à la pente conflictuelle du Net.»

* Règles particulières pour « la question » : 10 jours pour répondre, déplier un minimum le propos (argumentaire en 2 ou 3 points)

Note du webmaster : Pour des raisons techniques une discussion est limitée à 5 niveaux d’imbrication, en conséquence, au dernier échelon, le bouton « Répondre » disparaît . Pour continuer la conversation il faut donc remonter d’un niveau.

Ci-dessous les questions déjà répondues et les discussions en cours.

72 775 Commentaires

  1. Merci, GaelleS. Le texte adressé hier (https://lundi.am/Monologue-du-virus) est intéressant (comme le sont souvent tes envois). Nous verrons si ces contraintes sanitaires inciteront à lire (cet article) et à s’orienter vers toutes ces alternatives solidaires et à l’équilibre. Mais au lieu de ça, ca risque plutôt d’être l’info en continue, le stress, l’impatience et … un président responsable, efficace, qui appelle chacun à la solidarité jusqu’à l’incarner. Ils osent. Ca marche !

  2. Moi j’utilise Lalibrairie.com, même principe, autre réseau de 2500 librairies indépendantes

  3. Pour éviter de gaver Amazon, on peut commander sur le site des librairies indépendantes. Bonne lecture.

    https://www.librairiesindependantes.com

    • Oh,super Cat de poster ça.Belle idée,selon moi .

    • Merci beaucoup de ce lien, Cat

    • Mais pour que ça marche cela suppose que les librairies soient ouvertes, ce qui n’est pas le cas, pour accéder à leur stock et transmettre les livres à la Poste pour livraison, non?

      • Vaut mieux entamer un journal de bord.
        Le journal des sitistes pendant la guerre du confinement.

        • Yes
          Hâte de vous lire

        • ah bah du coup j’aurais plus rien à écrire.
          Chez nous tout est comme d’habitude.

          • J’ai à peu près écrit la même connerie mais en fait tout est quand même différent.

        • la même connerie ?
          ben là , j’étais en train de me dire qu’il ne faudrait pas , tout de même , que cela dure trop longtemps parce que j’ai des trucs à acheter à espace emeraude, à cause notamment de ces putains de chats qui jouent avec le voile de croissance des patates, les cons.
          Pourtant le joli jeune homme de gamm vert m’avait dit que c’était bien , contre les chats.

          Mais sinon, pardon d’insister, mais chez moi : tout est comme d’habitude.
          Le serpent sort la tête de sa grotte.

          • et je sais pas trop ce qu’il regarde, il n’y a rien à regarder.

          • Il regarde si son ami le Pangolin a fait son travail dans ce coin.

          • tu me fais rire pascale,
            tu crois que tout ça est un coup monté de la nature ?
            tiens tu m’fais penser, ce matin je regardais un docu d’arte sur jacques mayol, cet homme étrange qui se prenait pour une maman loutre https://youtu.be/5USaFhnICqI

          • Disons que le fait que l’animal le plus braconné du monde soit à l’origine du virus me fait rêver.

          • ouais , genre : la vengeance du pangolin.
            Si ce n’était pas si triste de savoir cette espèce exploitée jusqu’à l’os, je me réjouirais aussi.

        • et ça sent le printemps dis donc.

  4. Salut les sitistes,

    Vous sauriez pas par hasard dans quel kiosque est vendu le dernier Socialter avec l’interview de François, j’en ai fait 3 près de chez moi et chaque fois ils me proposaient Society ces cons

    Merci

    • moi je l’ai acheté à la gare, ce doit être un Relay

    • moui voilà c’est ça mathieu , continue à bien te balader comme ça , de commerce en commerce , avec ta nuée de microbiotes.

  5. Bonjour,
    Les balançoires de mon quartier ont disparu. Parce qu’on est pas assez discipliné ?
    Faut-il commencer à fabriquer des balançoires en douce?
    Je ne sais pas si je préfère le confinement à la maison/ famille / et oooh aaahh scr%##€&¥$¥©§¶¿ couple, ou le confinement à l’hôpital avec la hiérarchie stressée, les patients dépressifs, psychotiques, et quelques psychopathes dont on espère qu’ils ont des clopes d’avance*, et où évidemment on n’a plus le droit de poser congé jusqu’à nouvel ORDRE, mais ouf les heures supplémentaires ont été déplafonnées.
    Aussi, ne me sentant pas particulièrement de courage ni de dévouement, j’envisage une fugue en direction des Cévennes parce que la maison de PEB a l’air chouette, qu’il me fait marrer avec ses histoires de pâtes pas sortables, et qu’il y a peut-être encore des balançoires là-bas, nous nous balancerons et nous laverons les mains dans l’eau fraîche des rivières cévenoles.
    * en vrai on a acheté des clopes vendredi pour tous les patients.

    • je dois dire que j’hésite à aller chez mes parents à Alès quand même (avec mes filles)

    • ah bah ça, M , cette histoire d’épidémie on peut dire que ça te réorganise un hôpital psychiatrique , nom de d’là c’est le bordel. Surtout qu’on doit rester à pas moins d’un mètre les uns des autres.
      Tout à l’heure on a joué à faire semblant de mourir du coronavirus avec les deux grosses , elles sont mortes en se jetant sur moi, on a bien rigolé. Elles sont folles.
      A pas moins d’un mètre on avait dit, merde.

    • M, l’état va nous payer le taxi et l’hôtel mais j’ai pas trop compris pour quoi faire,
      pour fuguer vers les cévennes peut-être ?

    •  » plus vite nous sortirons de cette vie au ralenti  »

      emmanuel macron, notre président de la république francaise, le 16 mars 2020 à 20 heures et 21 minutes.

       » vive la république , vive la france  » à 21 heures et 24 minutes.

    • heu 20 heures et 24 minutes , pardon.

    • j’ai beaucoup aimé le commentaire youtube face au discours  » nous sommes en guerre  » : il faut acheter du PQ en masse !!
      ahlala la rigolade.

      Ce monde est fou ( ma phrase de quand j’avais onze ans ).

  6. Pierre-Emmanuel Barré tient un Journal de confinement. On est sauvé.

    • On est synchro c’est justement ce que j’étais en train de regarder
      https://www.youtube.com/watch?v=NW3c5gP09t4&t=25s
      mais qu’il est con

        • Inch’allah il survivra

        • Le jour 2 est sur sa page Facebook

          • et il est très bon

          • Ah ouais il est fort. Je fais aussi partie de la fan base comme disent les gros enculés.

            Pierre-Emmanuel, le sauveur. Le blocage, par confinement. Se contenter de peu, de l’essentiel. Avoir une vie strictement vitale.
            La prophétie se réalise. Bientôt la balançoire les amis.

            Et Bernard Arnault a vu l’étourneau : LVMH va produire gratuitement du gel hydroalcoolique pour les hôpitaux.
            (L’étourneau ne trouvera pas miraculeux qu’un mec s’approprie richesses et moyens de production et qu’il redonne des miettes en cas d’urgence sous forme d’aide humanitaire. On te connait l’étourneau.)

          • non seulement c’est vrai mais on me dit dans l’oreillette que ce gel de 2e génération aura aussi des fonctions lubrifiantes, histoire de nous l’enfoncer bien profond

          • pfff t’es bête juliette,
            n’empêche ce matin une collègue se demandait pourquoi les pharmaciens ne produisaient pas eu même le GHA face à la pénurie, puisque cela fait partie de leur métier, de préparer des mixtures dans leur petit labo de l’arrière boutique ,
            et c’était plutôt pertinent,
            heureusement que des gens se posent des questions sur le sujet parce que moi heu , comment dire, ce n’est pas que j’ai autre chose à foutre mais.

            En attendant, par manque de réactivité des pharmaciens , bernard gagne une fois encore sa place au paradis,
            quel sacré filou.
            Les pharmaciens méritent l’enfer, par contre.

          • Et jour après jour, c’est de plus en plus drôle.

    • J’en profite pour dire qu’il faut arrêter de dire que les écoles sont fermées demain,parce que c’est faux.

      • En réalité ils vont bosser beaucoup plus(classe+classe virtuelle+des réunions le samedi) et être sur exposés au virus.
        Sont exemptés ceux qui ont la charge d enfants de moins de 14ans et ceux qui ont une maladie chronique, mais ils doivent faire une demande écrite à la hiérarchie.

        • heuuuu , j’ai pas bien compris les consignes pascale,
          ce matin au boulot on se faisait un petit point covid19 et j’ai osé me soucier du sort des profs pour qui j’imagine que c’est bien la merde, qu’ils vont devoir rattraper le retard de leur programme pédagogique , qu’ils auront la pression de leur ministère tout ça ( déjà qu’ils sont de droite, les pauvres ) ,
          me suis essuyée un gros retour de : les profs ne sont sûrement pas à plaindre , ces branquignoles.
          On s’aime pas.
          Je sais pas pourquoi on s’aime pas comme ça.

          • Donc,les enseignants vont à l’école,pour les enfants dont les parents bossent dans la lutte contre le virus(personnel d hôpital infirmiers etc,mais aussi dans le médico social).Les profs doivent,en plus,assurer la « classe virtuelle ».Un prof m’a dit que du coup ils lui ont collé une réunion le samedi.Et puis,bon,je connais les conditions d hygiène des écoles..les profs donc vont bosser 2 fois plus,au contact d enfants forcément potentiellement porteurs du virus,et je suppose sans masque ni gel .Et voilà.

          • aaaah d’accord, je comprends mieux.
            Nous aussi on se disait ce matin que c’est assez dégueulasse ce regroupement des enfants des héros de la république.
            Dégueulasse sur un plan moral, dégueulasse sur un plan infectieux.
            Au sens propre comme au sens figuré, autrement dit.

          • A Anne Laure.entierement d accord.

          • Le regroupement des enfants des soignants dans les écoles, c’est juste pratique parce que ça rend les soignants disponibles pour le travail. C’est déjà le rôle de l’école en tant normal : rendre les parents disponibles pour le travail. C’est plus dégueulasse aujourd’hui qu’hier ?

            Quant aux soignants « héros de la république », c’est juste pour les quelques semaines d’épidémies. En tant normal, les infirmières sont gazées en manif comme les pompiers, les cheminots, les gilets jaunes, les syndiqués, les écolos, les enfants, les poussettes, les chiens.
            (Les soignants, je ne dirais pas que ce sont des héros de la république parce que c’est pas mon vocabulaire. Mais ils ont un métier qui met en jeu des questions de vie ou de mort, ça implique courage, dévouement et détachement. c’est peut-être ça l’héroïsme.)

            Dans les semaines à venir, il va y avoir du changement pour tous : les intermittents dont les boulots sont annulés, les restaurateurs/commerçants/employés dont la boite ferme temporairement, les employés de bureau en télétravail avec gamins à la maison, les profs qui vont enfin se mettre à bosser.
            Mais il me semble que ces changements sont peu gênants au regard :
            – de la dangerosité estimée du virus
            – des possibilités d’expérimentation et de joie que nous offre un mois hors-marché.

          • ce qui est dégueulasse billy , c’est l’inégalité de traitement des personnes, des enfants de certains héros de la république , ici en l’occurrence.
            C’est ce petit détail inégalitaire qui nous emmerde.
            Déjà que ça fait des mois et des mois , j’insiste , que l’hôpital public est en grève et que tout le monde s’en branle.

          • Changement.seulement les enseignants volontaires vont dans les écoles demain .(ça laisse perplexe aussi) que

          • bulletin spécial info clisson : les intermittents paniquent.

          • « Mais il me semble que ces changements sont peu gênants au regard :
            – de la dangerosité estimée du virus
            – des possibilités d’expérimentation et de joie que nous offre un mois hors-marché. »

            On commence surtout à expérimenter nos limites. Pour l’instant j’ai du mal à imaginer la joie que cela va produire.

          • Exact pour les intermittents : on en mène pas large.

          • Je sais pas. C’est quoi nos limites dont tu parles ?
            Je ne sais pas comment la situation va évoluer, mais j’imagine que les semaines à venir seront beaucoup moins polluées (peu d’avions, peu de bagnoles, moins de productions en général), sans école, sans horaires, sans boulot pour beaucoup. Des vies au ralenti, du temps libre. Survie, discussions au coin du feu, bouquins, netflix.
            (Mais si on est juste enfermés chez nous, sans voir nos amis, à bouffer des conserves, et qu’on meurt dans 15 jours, c’est peu réjouissant, oui.)

            Vous avez vu Schwartzy qui se filme dans sa grande cuisine avec son âne et son poney ? Ça va être bien, ces journaux de confinement.

          • Nous disons que le flux empêche de penser. On peut donc parier qu’avec l’arrêt du flux la pensée advienne. A moins que la peur empêche de penser.
            On a une dialectique à trois poles : flux / pensée / peur. On verra comment ça joue.

          • Et c’est peut-être le moment où jamais de lire L’homme sans qualités de Musil. Je pense beaucoup en ces temps de confinement à la fameuse phrase de Sartre « Jamais nous n’avons été aussi libres que sous l’Occupation allemande ». Je ne suis pas sûr que cela s’applique parfaitement à notre situation mais ça résonne un peu.

          • Je ne dis pas que ça va être que du négatif mais ne soyons pas naïfs. Les limites me paraissent évidentes. Ce sont les limites de notre bon système économique.

            Ensuite je pense à ceux qui perdent un contrat de travail et qui sont déjà précaires. Si la situation dure qu’un mois et que les gens arrêtent de paniquer, ma foi, c’est l’occasion de mettre à nu la fragilité de ce système.

            C’est bon et mauvais, toutes les crises à venir vont nous offrir morts et prises de conscience. Mais ce sont les plus faibles et les plus pauvres qui crèveront en premier. Je comprends que la pause réjouisse surtout quand on est soi-même invité à la faire, qu’on voulait la faire et qu’on ne la faisait pas. Moi ça me change pas grand chose. J’ai peut être plus le temps de penser aux effets négatifs de tels événements même si dans les faits je ne panique pas. Mais c’est certainement parce que je pense comme ça que je suis là où je suis actuellement. Allez savoir.

          • Plusieurs questions dans ce sens depuis hier : lire Musil (copié Charles), lire La Recherche (un peu cliché mais tentant quand même), relire les 3 mousquetaires, vingt ans après, le vicomte de Bragelone (parce que qu’est ce que c’était bien).

            Fabriquer un puzzle de 5000 pièces d’un ciel bleu très légèrement voilé.

            En attendant de prendre une décision, regarder https://www.mediapart.fr/studio/documentaires/culture-idees/cinema-du-reel-treize-films-voir-sur-mediapart

          • A François.Ta question est passionnante mais je pense hêlas que même sans flux et sans peur beaucoup sont incapables de penser.Ils sont dans l’inconscience

          • « beaucoup sont incapables de penser. Ils sont dans l’inconscience » Que faire d’une pareille allégation, dont tous les mots seraient à préciser (en fait je ne sais ni de qui ni de quoi tu parles). Et puis surtout : penser c’est précisément sortir de l’inconscience. Donc si les inconscients ne peuvent pas penser, alors jamais personne ne pense.
            Disons quand même ça : le pari de la politique d’émancipation, nourri de faits avérés, c’est que des périodes, des situations, des crises, des zones de contradiction aiguë, font accéder à la conscience, font prendre conscience.
            Par exemple cette crise rend indéniablement sensible, à ceux qui n’auraient rien vu, l’absurdité de la circulation mondiale des marchandises.

          • A Charles.C est drôle ce que tu dis parce que ce livre attend toujours sur une table chez moi et en me réveillant je me suis dit :cette fois, j’y vais.

          • Vous avez lu ce papier de Lundi matin ? De la pensée comme on l’aime :
            https://lundi.am/Monologue-du-virus

          • oui, beau texte

          • aie , déjà ça commence mal gaelle parce que les virus n’ont rien à voir avec les bactéries ,
            si on commence à parler scientifiquement j’ai le réflexe d’exiger un minimum de rigueur.
            Les bactéries oui, sont à l’origine du vivant , les virus sont un autre genre de saloperies.
            J’ai quelques restes de mes connaissances en sciences de la vie.

            Bon , je lis la suite.

          • les pierres sont nos ancêtres, allons bon.
            putain comment ça me rappelle trop ce que racontaient les marxistes rigoristes de la librairie tropique, sur les gens qui n’ont pas les mêmes définitions de la vie , pour commencer.
            Pour commencer dans la confusion.

          • la fin est bien, je suis d’accord sur cette histoire de geste que je connais bien,
            mais :  » Remerciez-moi : je vous place au pied de la bifurcation qui structurait tacitement vos existences : l’économie ou la vie.  »
            et  » Le désastre cesse quand cesse l’économie. L’économie est le ravage.  »
            alain deneault et moi ne sommes pas d’accord,
            parce que l’économie c’est la vie.
            L’idée est de faire en sorte qu’elle devienne une vie bonne, justement.
            Que l’économie soit bonne.
            Bref.
            Dans la vie il y a deux catégories de gauchistes.

          • vais regarder les petits films de so plutôt à la place.

          • RV : ouais mais, bulletin spécial info clisson, chez les maraîchers on continue le boulot alors ça va, on aura des tomates.
            Si ça peut te rassurer.

          • Aujourd’hui et comme depuis 15 ans, il suffit de citer Sartre pour me pécho. Tu n’as donc rien appris de la vie, mon vieux Billy.

            Et Blanche aussi, quand elle veut :
            facebook.com/blanchegardinad2/videos/489911381886419

          • A François.Tu as raison je crois.Le problème dans ce que j’ai écrit,ce qui déconne vraiment,c est le « ils ».De plus,ce « ils »évoque quelque chose de méprisant que je n’aime pas
            Donc,j’ai eu tort.

          • Tort n’est pas le mot
            Tes doigts ont fourché, c’est tout.

        • Non , faut pas exagérer, ils vont surtout faire ce qu’ils veulent – ce qu’ils ont envie de faire, et il est même autorisé de désobéir dans cette situation là.
          Mais y’a pas mal de gens que ça panique de pas aller au boulot : qu’est ce que je vais faire ? pendant combien de temps ça va durer ? est ce que j’ai le droit de rester chez moi ? Est ce que je serai quand même payé si je reste à compter les pâquerettes dans mon jardin ?
          Je ne sais pas trop ce que ça mesure la réaction à tout ça : le sérieux, la peur, l’habitude, l’obéissance…
          Et il n’y aurait pas ce vrai danger, la peur réelle que l’on peut avoir pour ses proches, eh bien moi je serai tout à fait contente de cette situation ( le ralentissement, de nouvelles pensées et une façon différente de vivre) je crois même que je suis heureuse malgré la situation -qui peut apporter joie et expérimentation comme le dit bien Billy. Et même, va savoir, si ça dure un peu, si on y trouve quelques satisfactions, ça peut même nous donner envie de pas continuer comme avant, après…
          Ma première réaction à la fermeture des écoles, ça a été chouette ! Chouette, on va pouvoir faire la classe entre copains à nos petiots, ce sera peut être pas toujours facile, mais l’idée me plaît, je ne peux pas le dire autrement. Faire des balades, faire des gâteaux, dessiner, écrire, raconter/ lire des histoires, regarder des films, jouer, patouiller, chanter, danser, jardiner, voilà le programme qu’on s’est fixé.
          Tout ça bien évidemment dans la mesure où on peut encore se retrouver à quelques uns, et mettre le nez dehors.

          • Pour que ce soit plus clair : ma première phrase était une réponse à Pascale.

          • Tu peux tout à fait faire des choses intéressantes avec un enfant sans mettre le nez dehors.Justement c est l’occasion d apprendre et d expérimenter.Les enfants se racontent seuls des histoires,ils sont créatifs.

          • L’expérimentation et la joie les amis elle se réalisera surtout en dehors de ces périodes de confinement, dans cet après dont tu parles Lison. Pour ceux qui parlaient d’aller vers l’autonomie il est temps de ne pas faire qu’y penser. Chaque prise de conscience avance par étape. Y’en a beaucoup qui devraient arrêter de penser.

    • (Tout de même, j’ai lu un certain exploitant de salles, ou propriétaire, whatever, dire : « …nous sommes en guerre », et ça m’a fait penser qu’un certain roman publié aux éditions Verticales aurait pu aussi être un récit de contagion, des milliers d’employés d’Amazon toussant tous en chœur, le succès public aurait été au rendez-vous et Soderbergh aurait acheté les droits.)

  7. Bonsoir,
    Pour faire suite à l’échange de posts Jésus les bourgeois et moi et compléter le premier lien adressé : https://revuelimite.fr/begaudeau-les-bourgeois-cool-13 (deux autres extraits suivent)
    Intéressant, là encore. Mais j’ignore si ce sujet peut être poursuivi ici ?
    C’est possible ou le sujet ne s’y pre^te pas ?

    • c’est bien sur la base d cet entretien là qu’on a prolongé et étoffé

      • Merci de ce point, François
        Je me permettrai donc d’y revenir une fois l’entretien complet lu (publié sous peu sauf erreur)

  8. je vous raconte un truc parce que j’aime bien cette histoire, j’aime bien mes soeurs elles sont épatantes,
    mon père – 97 ans – est confiné dans son ehpad
    c’est chaud parce qu’il entend mal et est assez dépressif depuis la mort de sa femme (74 ans de vie commune eh) donc la suppression des visites des sisters deux fois par semaine tour à tour et moi une fois par mois (non soyons honnête, tous les deux mois) ça peut assez le précipiter dans le désespoir noir;

    mais delphine la plus jeune a eu une super idée,

    elle a dit : on va aller lui dire bonjour de loin à travers la grille à hauteur de seins devant le petit jardin de sa chambre qui est au rez de chaussée de l’ehpad et donne sur une petite place arborée;

    et elles y vont ! c’est loin de l’entrée de l’ehpad c’est une visite en loucedé et à trois mètres de distance donc pas de risques, je leur ai dit de faire des panneaux comme bob dylan dans sa chanson pour lui parler

    Bob Dylan – Subterranean Homesick Blues
    https://www.youtube.com/watch?v=MGxjIBEZvx0

  9. https://www.youtube.com/watch?v=ST_KVB6bEdw
    https://www.youtube.com/watch?v=Y8URdO7mDfg
    https://www.youtube.com/watch?v=DnoH7nYkLZo
    https://www.youtube.com/watch?v=xpokbYFyB-8

    Parce que quand le service public fait du bon travail, je me sens obligé de le partager partout. Je me permets aussi de signaler à mr Bégaudeau qu’il y a dans tout ce bordel des terres romanciables. Je trouve. Donc voilà, bisous.

    • voir le premier donne envie de voir les autres

    • Je me rappelle de l’obscénité des pubs géantes Uber Eats à Saint-Lazare, au même moment que, sur YouTube ou ailleurs, les publicités redoublaient d’effort — tous les moyens déployés pour que les gens s’habituent à l’idée de ne pas perdre trente minutes de leur vie pour acheter à manger. Et c’est une invisibilité toute relative : je les vois partout, les travailleurs d’Uber Eats…

      • moi aussi j’en vois partout dans ma petite ville de province, et souvent je me demande à quoi ressemblent leurs clients. Ce qu’on ne voit pas dans le petit film, c’est dommage.

        J’avais déjà vu le film sur facebook sinon, parce que j’étais bien intriguée.

      • ces clients sont-ils des sortes de monstres gluants à tentacules ? on ne le saura jamais.

        ça me rappelle comment j’ai agressé la jolie vendeuse de liseuses l’autre jour à propos des kindle d’amazon, je suis grave. Je suis pas sortable.

        • En même temps vu qu’on va être confiné c est pas grave que tu sois pas sortable.

          • Moi je m’inquiète pour la sortie du film de François.Pas seulement.Mais aussi.

          • sortie évidemment reportée, ainsi que toutes les avant-premières

          • moi je ne m’inquiète pas pascale, j’aime assez cette période où l’on doit se contenter de l’essentiel : des pâtes, des salles de réanimation et des rouleaux de PQ.

    • Bonjour Yirm
      Bien que voir l’ensemble m’ennuie,
      Sur le premier sujet : ces livreurs peuvent déjà rejoindre des Coopératives d’Activité et d’Emploi pour développer leur activité (et éviter d’être exploités) le logiciel est au point (coopcycle). Au cas où,

      • Vous portez bien votre pseudonyme…
        Si vous vous ennuiyez moins, vous sauriez que ce sujet est abordé dans la quatrième vidéo.

        • Bonsoir Yirm
          Je ne doute pas que vos envois soient de bonne qualité. Mon ennui vient d’un effet de saturation des visionnages et je suis ravie qu’on parle de l’Eco Sociale et Solidaire dans la dernière vidéo. (C’est si rare que j’ai pris l’habitude de compléter. Un réflexe. Ca prend deux minutes généralement et c’est généralement bénéfique. Ici ca répète donc. Pas si grave, non?

          • Sophya sors de ce corps !

          • @Juliette
            Non ! il manque le « sourire « en fin de post.

          • moi aussi je me disais qu’il manquait le « sourire » ,
            tu es maline sophya, quelle fine stratège.
            On fera comme si on n’avait rien vu.

          • c’est ton reflexe (tropisme ? pas trop l’habitude d’employer ce mot) Eco Sociale et Solidaire qui t’a trahi Sophya. 🙂
            Shoot Again !

          • T’es trop forte Juliette
            T’es notre Richard Jewell !
            C’est vrai qu’il y avait quelques autres indices à part le « sourire ».

          • Je peux donc reprendre l’ancien pseudo Sourire

          • Pas grave du tout, même. Je me doutais qu’il n’y avait pas lieu de s’énerver. Je suis un troll né, c’est plus fort que moi.
            Je me permets d’insister et de vous conseiller de regarder l’ensemble: à peine plus d’une heure d’informations sociales modernes, concrètes, et très instructives. De la part du service public, une bouffée d’air frais. Qui sait, vous apprendrez peut-être quelque chose, même déjà bien informé_e sur ces sujets.

          • J’ai regardé et j’ai beaucoup appris

        • (En réponse à votre dernier post et aux commentaires qui ont suivi), je les visionnerai donc
          (la période s’y prête bien, aussi)

          • La période se prête à tout.Pour tout vous dire,cela me ravit.J’adore ce confinement et je le sur respecte.
            Après,oui,je sais,c est facile quand on a une maison et un jardin.Je sais.

    • Oui, moi aussi, j’ai énormément appris. D’autant que beaucoup de ces gens continuent à bosser en ce moment…

    • J’ai aimé et beaucoup appris aussi.
      Deux réserves : les génériques et la musique de fond omniprésente.

  10. Et dire que toute cette histoire, c’est juste Gérard qui vient venger ses ancêtres écrasés par des camions…
    https://www.youtube.com/watch?v=l0NZUvJ7BCo

  11. une autre version d’alain deneault : alain deneault dans la cuisine https://youtu.be/euZI6GvNLE4
    plus ça va plus je sais apprécier l’accent québécois moi.
    Vivement la partie sur l’économie psychique.

    • nota bene : sur le sujet des suicides , voir les stats, voir emmanuel todd , voir émile durkheim.

      • et sur les suicides , j’avais pas eu le temps d’écrire cette bonne blague marxiste qui me fait tellement rire :

         » Le suicide était une pratique courante chez les romantiques allemands , c’était leur manière souvent, à eux, d’affronter les contradictions. »

        sur ce : Bernard 2, le retour https://youtu.be/Z9HsnkMhfBc

        • ah bah il a dit qu’on n’avait pas besoin de prophètes à tambourins,
          merde , je me croyais utile.

  12. Dis moi, François. J’arrive sur cette page et constate qu’il n’y a pas encore eu post en ce vendredi 13. Hasard du calendrier ou tous au PMU aujourd’hui ?

    • Ils sont tous morts. Il ne pouvait en rester qu’une.

      • et je l’accompagne
        pour la chasse

        • Progressiste et arrivant trop tard, je ne peux que vous suggérer le flash ball à l’avenir.

          PS : /Piscines, j’imagine que le prénom de Paul n’a pas été choisi par hasard.A l’occasion, si vous aviez un moment pour m’éclairer.

          • Paul comme le saint, ou comme l’album qui déjà lui rendait hommage.
            (Paul comme celui du Mépris, ajouterait le metteur en scène)

          • mai tout ça c’était le temps où du théatre se jouait, où des films sortaient

          • , où on mettait un s à mai

          • Ou comme le personnage de Delon dans La Piscine qui s’appelle Jean-Paul

          • Je pense que le choix de ce prénom, c’est comme souvent une astuce d’auteur.
            C’est un prénom court, Paul, quatre lettres, c’est moins chiant à taper sur le clavier que si t’as un personnage qui s’appelle Jean-Paul Bertrand-Demanes.

          • absolument
            d’ailleurs j’ai failli l’appeler Jo

          • Pour ceux qui ne connaissent pas Jean-Paul Bertrand-Demanes, c’était du temps où du foot se jouait.

          • Se jouait bellement, du côté de Jean-Paul et de ses copains.

          • J’ai bien connu un Jo. Il portait même un flingue dans la poche arrière.

          • Bonsoir, je viens du temps où l’on nous répète d’éviter des embrassades, celui où tout est annulé, celui où je finis ma journée d’infirmière en « plan blanc », à l’hôpital où l’angoisse ruisselle + que le pognon de la croissance. Et ceatera

          • Et caetera. Dans ce temps, on est allés à l’école joyeux ce matin parce que c’était le dernier « jusqu’à nouvel ordre » et d’ici-là plein de mômes vont être libérés de l’école, et pas mal de parents aussi, on recevra un peu moins d’ordres, et on fera peut-être un barbecue entre voisins? Le bruit court que les tabacs pourraient fermer, mais pour l’alcool normalement c’est bon, ça nous fera patienter avant le retour du théâtre et du ciné

        • En réponse à « Paul comme le Saint », ca confirme ce que je supposais. Mais chacun ses réf, donc je demande. (Pour ma part, je lui en veux un peu à celui là. Parce que la domination masculine, c’est un peu lui depuis deux mille ans. Mais psq plus personne ne lit, tout va bien)

          • Je l’ai justement appelé Paul en hommage à la domination masculine.
            Bienvenue, So What.
            Hope you guessed my name.

    • La vraie explication c’est l’obéissance.
      Président Macron dit limiter les déplacements, le sitiste obéit, il bouge pas, même pas les doigts.

      et sinon So-what, t’as un lien de parenté avec SO, ou pas du tout ?

      • So vient tout simplement de nous dévoiler enfin son patronyme, What
        un chef d’oeuvre a été écrit à sa gloire, dans une période saturée de chef d’oeuvre
        https://www.youtube.com/watch?v=ai82fUMQXfg

        • Merci, François. Je découvre à l’instant

        • Bonjour François

          « Je l’ai justement appelé Paul en hommage à la domination masculine.
          Bienvenue, So What.
          Hope you guessed my name. »
          Je te remercie de cette bienvenue.
          Bel hommage ! (sachant que ce nom même est voué à disparaitre à terme ; )

        • merci François. Revoir cette pochette m’a catapulté dans la chambre de ma copine Agnès , allongées en travers du petit lit nous écoutions les disques des Cure , qu’elle partageait avec son frère ainé. So cute son frère !

          • c’est le premier Cure, donc le meilleur, et de loin
            ensuite ça s’alourdit
            reste une dizaine de grands morceaux à aller glaner dans les trois ou quatre albums suivants

          • Killing an arab ?

          • Killing an arab fait presque parte de ce premier album, il est sur la version américaine.

            Un grand titre un an après
            https://www.youtube.com/watch?v=hmbOLTWggXI

          • Mon fils de 13 ans adore Seventeens seconds et j’avais eu ma dose l’année dernière. Mais le moment est propice à réécouter les classiques en famille !
            https://www.youtube.com/watch?v=KTV3e6_sNfo

          • ajoutant M on aura fait le tour des grands titres de cet album
            https://www.youtube.com/watch?v=h2HhnQxI8VI

          • D’accord avec François : le premier album des Cure est un chef-d’œuvre, Seventeen Seconds est une perle, Faith reste assez bon et ensuite, c’est de moins en moins bien, album après album, avec une régularité impressionnante, jusqu’à devenir complètement insignifiant.

          • Je sauve Pornography, album habité.
            Habité d’abord par un One hundred years.
            (dont je préfère la version live : https://www.youtube.com/watch?v=Idf-KBT-Wxs)

            et 10.15 est évidemment un sommet
            sort de nulle part, ressemble à rien

        • Merci, François et AnnaH, de ces morceaux de Cure
          Le premier car je découvre cette sobriété et l’apprécie
          Le second rappelle ni plus ni moins que les sons de mon adolescence. Pas désagréable. MERCI

        • Sur le dernier lien The Cure adressé,
          Encore une découverte
          Me suis souvent demandé pourquoi le Punk s’interdit d’aborder ce sujet
          Vous savez peut-être

      • Pas du tout, Lison
        Ce pseudo vaut un autre. J’aime sa sonorité, entre autres.
        (Contente de voir que l’autorité de EM n’agit qu’un temps. C’est courageux. (perso, aucun mérite, j’écoute pas les actu)

      • On t’as ratée, on était en train de goûter le pinard de Dédé en coupant du saucisson sur la glacière.

        • Tu sais je me serais pas arrêtée.
          Depuis que t’as tuée mon chien en le prenant pour une perdrix, je te fais un peu la gueule et l’autre, François, il ferait bien d’arrêter de placer des pièges à hippopotames, ça se fait pas.

          • J’y ai mis du LSD dans le verre pour le mettre sur pause. Y’a des dommages collatéraux.

        • Rien loupé alors
          Votre programme me convenait moyennement (régime alim compris) 😉

      • Pas de lien de parenté à ma connaissance Lison.
        Le diminutif So permet plein de possibilités tout en délicatesse : So-6 , So-7 et l’apothéose
        So-6-Son-7.
        Bonjour So-what.

  13. Amis du doc, le mois de mars nous gâte.
    J’ai repéré (grâce aux Cahiers du cinéma) quelques films qui ont l’air pas mal du tout :
    Kongo
    Si c’était de l’amour
    Monsieur Deligny, vagabond efficace

    Et je vous confirme que « Le regard féminin » d’Iris Brey n’est pas un livre très intéressant. Un exemple. Pour parler de la manière dont Godard « traite » mal les femmes dans ces films, elle cite quelques extraits de dialogues de Pierrot le fou ( « silence, j’écris ») puis glisse vers ce qui deviendra sa source principale pour critiquer Godard (et le rapport des cinéastes de la Nouvelle vague aux femmes) : le film d’Hazanavicus sur Godard, « Le redoutable » !
    Sa méthodologie n’est pas très clair (notamment dans le corpus de films analysés), elle mélange films et séries, et quand bien même il n’y aurait pas de méthode, on attendait quelques apports théoriques, pensées nouvelles, ou envolées ( même malhonnêtes). Mais elle raconte toujours la même chose : le cinéma n’a pas assez témoigné de l’expérience féminine ( quelle grande nouvelle!), du point de vue des femmes, et le livre tourne en rond.
    Enfin, ces films female gaze qu’elles commentent et les thèmes qu’elle retient s’intéressent essentiellement aux femmes comme corps sexué , dans les expériences vécues par ce corps ( les chapitres : esthétique du désir, viol, jouissance, corps en mouvement), et n’abordent pas la question des expériences des femmes dans le travail reproductif et productif, ou la manière dont elles apparaissent (ou non) dans le champ social, dans les films.
    On la sent quand même pas très à l’aise, embarrassée, à ne pas vouloir se couper d’un côté de la critique cinéphile, et de l’autre des féministes, et ça produit finalement un livre assez mou, ni scientifique, ni pamphlétaire, dont la seule cible est Mektoub my love- parce qu’on y voit des culs de femmes.

    Mais il y a un film qu’elle cite que je ne connais pas et que j’ai bien envie de voir c’est Simone Barbès ou la vertu de Marie Claude Treihlou.

    • pour ma part, il ne passe tellement pas vers chez moi que je vais me le mettre derrière l’oreille.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.