Begaudeau.info, le site officiel de François Bégaudeau

Dis-moi

Pas encore membre ? Enregistrez-vous et simplifiez-vous les commentaires !

Posez une question à François dans les commentaires au bas de cette page en l’introduisant par « DIS-MOI », il y répondra régulièrement.

Vous pouvez également tenter une réponse à la question du moment posée par François à la suite du logo  François Bégaudeau pose des questions  et peut-être figurer dans les contributeurs retenus pour la compile.

Le logo question close signifie qu’ une question est close.

* Règle générale formulée ici-même par François en réaction à un post : «j’aimerais bien que cet espace s’épargne les petites piques mutuelles qui sont l’ordinaire des forums. Si les posts de X te déplaisent, ce qui est ton droit, il est toujours possible de ne pas les lire. Pardon de me faire arbitre des élégances, mais c’est un beau défi collectif que de résister ici à la pente conflictuelle du Net.»

* Règles particulières pour « la question » : 10 jours pour répondre, déplier un minimum le propos (argumentaire en 2 ou 3 points)

Note du webmaster : Pour des raisons techniques une discussion est limitée à 5 niveaux d’imbrication, en conséquence, au dernier échelon, le bouton « Répondre » disparaît . Pour continuer la conversation il faut donc remonter d’un niveau.

Ci-dessous les questions déjà répondues et les discussions en cours.

43 853 Commentaires

  1. Chouette, à venir un film avec Céline Sallette et Pierre Deladonchamps
    trop la hâte http://www.slate.fr/story/145953/festival-cannes-annees-folles

  2. Problemos: la séquence cercle dédié aux règles m’a faite usager des coupes à menstrues en silicone dis donc,

    @Eric Judor: très intéressant, merci pour ça

    • * et puis donc, puisque vous insistez, ma réplique culte chouchoute du Problemos de Judor → ta taaaaa:

      il fait partie de quel régiment de crs ton prof de yoga?

      la réplique qui m’a rappelée que chez Eric c’est chez moi, celle qui tient compte de la situation live tout en se rappelant de pour qui ils sont venus dans cette galère et qui lie des trucs qui à priori n’en ont pas de lien, sa façon à lui d’alléger le truc lourd (les convois à l’entrée) en semblant se foutre qu’il plombe un peu plus encore son interlocutrice (c’est elle qui a eu l’idée) la réplique qui a contribué à ce que la scène d’ouverture me cueille d’emblée et me mette super bien.

      • il fait partie de quel régiment de crs ton prof de yoga?

        réplique où on voit bien que rire d’un truc c’est se faire rire d’un truc avant tout, c’est auto-adressé, cerise sur le gâteau qu’on se prépare que le(s) rire(s) en sus

      • @wassh: Oui elle est drôle. Mais elle est sauvée par le ton qu’il a pour la dire, parce que sinon elle est trop longue pour qu’on puisse cocher vraiment la case vanne (voir l’entrée piercing dans le nez dans Ane à Zèbre). On pourrait presque enlever « de crs » puisque ça redonne l’image. Mais la vanne c’est aussi une scansion, et là y’a deux syllabe de trop.

  3. un bon chantier : qu’est-ce qu’il y a à prendre dans la bourgeoisie? (à part ses biens, j’entends)

    sa solidarité de classe
    et surtout sa chevelure

    • @wassh: et leur bonne hygiène dentaire ?
      pfff non j’rigole.

    • @wassh: sa solidarité de classe assez bien organisée en réseaux

      et sa chevelure donc

    • @wassh: perso je trouve que les beaufs sont aussi assez solidaires entre eux mais cela n’engage que moi.

    • Aux bourgeois, je piquerais bien un soupçon de leur attitude : le sans-gêne, la honte de rien, l’aisance, le port de tête.
      Comme Wassh, j’aimerais qu’on leur choure leur organisation en réseau, pour pouvoir avoir un RDV médical en 3 jours, pas en 8 mois par exemple. Un peu de fluidité quoi.

      Mon pote Fred leur piquerait bien leur meuf, d’ailleurs c’est ce qu’il fait. Il aime raconter qu’il fantasme sur les petites bourges froides avec l’idée de les décoincer, décoiffer, d’arracher des chemisiers… il le dit généralement de façon assez élégante. Le social-traitre.

      • @Billy:

        Aux bourgeois, je piquerais bien un soupçon de leur attitude : le sans-gêne, la honte de rien, l’aisance, le port de tête.

        ouais j’y pensais parce que j’en connais kekzuns comme ça ,
        ce qui leur fait un point commun avec les délinquants,
        comme c’est étrange

      • @Billy: moi j’aurais nommé ça : une certaine désinvolture corporelle.

      • @Billy: bé ? mais on a pas besoin de médecins nous : on a les chamans.

      • à récupérer: – leur organisation bien structurée en réseau aux bourgeois
        comme le réseau dans le médical entre autres, notamment, oui

      • le fantasme sur les petites bourges froides avec l’idée de les décoincer, décoiffer, d’arracher des chemisiers

        ouais ça a une sacrée bonne presse ça

        mais les retours sont assez mitigés, souvent, une fois la salope trouvée sous le cul de poule, tiennent pas la route tant que ça paraît
        idem en concours de grossièretés,
        font pas l’poids les bourgeoises

        • je valide totalement cette analyse,
          personnellement je suis un très mauvais coup,
          et ma grossièreté préférée c’est crotte de bique

          • @Juliette B: ah bah c’est ça d’avoir une large chatte, je connais bien le problème.
            Dis moi juliette tu connais la souris-sauterelle ?
            elle est géniale : elle fait la bagarre avec le scorpion mortel, se fait piquer tellement elle est maladroite sauf que ah ah elle a un antidote dans son corps,
            elle hop elle revient à la charge et le bouffe comme un vieux crabe.
            Ensuite elle hurle à la lune comme un coyote.

          • @Juliette B: Petit trajet en bagnole direction lycée :
            – en ce moment tout le monde m’énerve je sais pas ce que j’ai, y a que simon antoine et x que j’aime bien
            – ah ouais c’est marrant moi aussi en ce moment je supporte que les garçons
            – tiens y a victor
            ( passe à côté de la bagnole , nous regarde avec un p’tit sourire narquois )
            – ah ouais on dirait qu’il sort tout droit d’un film des années 70
            – lui aussi il m’énerve, il me met mal à l’aise ,et puis surtout c’est un gros beauf,
            j’en ai marre des beaufs en fait
            – ouais moi aussi je supporte plus les beaufs en ce moment , je crois que je préfère les bourgeois
            – ouais moi aussi je préfère les bourgeois, on préfère les bourgeois, les beaufs sont trop lourds en fait
            – bon allez peace
            – ouais allez vive papy dédé

      • le fantasme sur les petites bourges froides avec l’idée de les décoincer, décoiffer, d’arracher des chemisiers

        et tout aussi souvent pour le social-traitre ou les potes qui s’appellent Fred ou qu’est-ce, ça reste surtout un fantasme quia bonne presse
        car ça s’laisse pas décoiffer et/ou arracher le chemisier comme ça la bourgeoise, c’est aussi bien radins souvent les bourges

      • le fantasme sur les petites bourges froides avec l’idée de les décoincer, décoiffer, d’arracher des chemisiers

        ien à une qui traîne bien de réplique culte – et pas que par la suite – à propos, une vieille réplique entre Mitchell et Azéma
        https://www.youtube.com/watch?v=gRXtQPWetJg une ancienne collègue – la fille la plus sexe de l’espace – avait un rire quand on se disait ça, ce rire, ce goût qu’elle avait,
        ouais,

      • @Billy anne-laure: Très marrant ce portrait de la haute-bourgeoisie de 1912.

        • Tu trouves ça faux, la désinvolture corporelle bourgeoise ?
          En quoi la bourgeoisie a changé depuis 1912 ? Ils couchent moins avec leur cousine ?
          De mon côté, je vois juste que je peux être mal à l’aise dans certains lieux, là où d’autres jouent toujours à domicile, parce que leur domicile est partout.

          Pour le fantasme de Fred, les meufs ici sont parties un peu loin dans le trash, c’est pour ça qu’on les aime. Je crois que son fantasme de la bourge, c’est surtout le plaisir d’en parler, de dire des trucs salaces, misogynes, de mauvaise foi… on est probablement un joyeux groupe de connards.

          • En quoi la bourgeoisie a changé depuis 1912 ? Ils couchent moins avec leur cousine ?

            en revanche, coucher avec sa cousine se fait aussi chez les pauvres sauf que c’est le neveu qui la tient et le grand père qui guette pendant que l’oncle lui fait le frottis – moindre réseau vous dis-je – le tout, sans qu’il y ait forcément de masques vénitiens et ambiance petit trianon au clavecin,
            c’est qu’il est conséquent le budget costumes pour un carnaval de perruqués vous savez

          • @Billy: C’est ni faux ni vrai, c’est bien trop général pour pouvoir être discuté dans ces termes. Je comprends l’intérêt de parler de LA bourgeoisie dans une perspective marxiste de dévoilement du pouvoir. Mais pour le reste, ça n’a pas de sens. Surtout qu’à lire Anne-laure et d’autres ici, la bourgeoisie est aussi bien constituée du journaliste de Libé que de la femme au foyer épouse d’un candidat à une élection présidentielle, alors qu’il y a pourtant un monde entre eux.
            Je ne fréquente presque que des bourgeois, selon votre acception. Et pourtant j’observe mille différences, mille nuances qui dans votre mépris de classe inversé (que je ne juge pas mais que je note) vous passent manifestement complètement au-dessus de la tête.

          • @Billy: Je rebondis sur: leur domicile est partout. A mon sens c’est davantage une question de situation (de scène disons) que de lieu. L’aisance affichée tiendrait davantage à un du qu’à un lieu. Mais je suis pas claire-claire sur la question, même si depuis 10 ans j’ai un peu affuté mon nez sur ce sujet. Pour répondre à Charles, pour le recoupement il suffit parfois de remonter d’un cran. La femme au foyer épouse d’un candidat et le journaliste de Libé n’ont pas la même vie ok, mais d’où ils sortent? quel parcours, etc. Mille nuances d’accord mais si on tire le fil il y a quand même quelques invariants.

        • une sorte de

          désinvolture corporelle bourgeoise

          de santé surtout on trouve, une impression de bonne forme conséquence d’un budget ‘hygiène-beauté capital-signe extérieur corporel de richesse´ conséquent?
          et d’occupation de postes à pénibilité physique plutôt réduite?

          – avec une sorte de moment bascule alors aussi, un moment où le corps de chacun accuse comme le coût de son existence, de la sauce à laquelle on l’a éprouvé du coup et qui ferait que les vieux bourges du contemporain, on les reconnaît bien, ceux qu’on retrouve affichés en intra-générationnel sur les pubs type comptoir des cotonniers ou autre par exemple
          des images qui autrefois relevaient un peu de la science fiction et qui aujourd’hui reboostent les jeux de 7 familles où on a parfois du mal à reconnaître qui est sur la branche de l’arbre avec l’étiquette aïeul et qui est sur la branche daron
          ça brouille quoi, pas que détestable non plus,

          le plus significatif restant la solidarité de classe, le réseautage entre-soi où on irait jusqu’à y faire fi du fameux mérite auquel ça prétend croire

          • désinvolture corporelle bourgeoise

            osera-t-on reparler d’édifiantes lignes là dessus dans certain LBLV?
            non car chacun sait,

  4. … / Le seul truc sauvable ici est précisément ce qui échappe à la parodie, c’est à dire l’absurde (Céline-Garou, potine-gaming, ou le « c’est pour la famille » dans la parodie de fast and furious) / …

    poutine/gaming,
    il s’agit de la poutine

    • Dans l’after de la projo du N’importe qui à Loudéac https://vimeo.com/204854799 (moment certes pas intégral mais qui a l’avantage d’exister au contraire de l’after à Aubervilliers ou des célèbres L2C par exemple) on aime bien aussi le passage où ça cause écriture de dialogues et où François Begaudeau décrit le travail pour une situation où un couple par exemple se rétorque, contre argumente, ping pongue, un dialogue engueulade soft ou avec risque de rupture, la gym que c’est de jouer à faire, à écrire l’un puis l’autre, l’une puis l’autre, on repense bien sûr au boulot sur le parlant un deux un deux

      ps: reçu un mail avec lequel j’ai bien envie de jouer tiens,
      je vais le soumettre en cas pratique ici, avis à,

      alors voici:
      * la situation -> il lui dit
      qu’elle a inventé ce qui dit-elle l’a bien refroidie limite blessée à savoir le fait qu’il ait (dé)tourné la tête vers la personne en face de lui alors qu’elle lui disait bonsoir et il rajoute pour clore son mail que c´est pauvre imbécile aigre que de dire ça
      elle pourrait lui répondre:
      1) – et tu la qualifierais comment ma dernière invention celle où je te mets ma main dans ta gueule?
      2) – dire que j’hésitais à candidater chez TPMP
      3) – pauvre imbecile aigre, comme moi depuis cette invention tellement réelle oui

      mais préfère à tout ça inventer qu’elle s’est pas arrêtée à ça ce soir là, a contourné les trucs qui délimitent la terrasse pour se coller derrière lui, l’embrasser et lui demander ´ça va Chéri?´ en se branlant totale qu’il y ait quelqu’un en face

  5. http://next.liberation.fr/cinema/2017/05/22/le-festival-de-bourges_1571523

    L’Haneke passe encore plus mal que d’habitude, semble-t-il.

    • @Charles:

      Si le narcissisme bourgeois consiste à aimer se faire démonter la gueule pour parvenir à se regarder en face, on peut supposer que la notabilité cannoise, arrosée par la mairie d’invitations pour acheter son silence, se trouve servie jusqu’à l’extase.

      pouuuuuh ils y vont forts les mecs.
      Mais libération c’est pas un p’tit peu un journal de bourges par hasard ? J’dis ça j’dis rien.

      • Peron et Gester font partie de ces gens de toute façon incapables de comprendre et penser le cinéma froid, de Franco à Haneke en passant par Oslund et Lanthimos. Alors on sort les bons vieux outils critiques prêts à l’usage : roublards (ou malins), et surtout, bien sur : ces films participent de ce qu’ils dénoncent

    • @Charles: perso je trouve un peu louches des bourges qui sont excédés par des bourges qui prennent plaisir à se regarder en face.

      • @anne-laure: Sauf que ceux ne sont pas tout à fait les mêmes, de bourges. Je ne connais pas Péron et Gester mais je les soupçonne d’être des petits-bourgeois (dans un sens non marxiste) de gauche. Haneke est un grand bourgeois de gauche qui met en scène, semble-t-il, des grands bourgeois de droite dans son dernier film. Ce n’est donc pas le même game. Mais je sais qu’on est peu sensible ici à ce genre de nuances.

Laisser un commentaire