Begaudeau.info, le site officiel de François Bégaudeau

Pas encore membre ? Enregistrez-vous et simplifiez-vous les commentaires !

OFLC saison 2

Il y a un an le site lançait l’Observatoire de Faits de Langue Contemporains, salué par une Pizza d’or aux Geek Awards 2012.

http://www.youtube.com/watch?v=rteQneu4Uzw

Entre-temps un hiver de 17 mois a fait son travail de merde. Le préposé au registre des FLC suggérés par la communauté sitiste, affaibli par l’arthrose et par un fils entré en sixième, n’a pas toujours été aussi réactif qu’il aurait du.

Il est temps de relancer cette belle machine démocratique, car la créativité linguistique ne s’est pas mise en congé juste pour attendre Bibi.

Nous le ferons en sauvant de l’oubli quelques fines suggestions de ce printemps (petit 1), puis y ajoutant les fruits d’une cueillette personnelle (petit 2).

 

Petit 1

Que des Rizzani

 

Slash      j’me rip

A priori c un peu comme j’me barre, j’me casse, j’me tire, j’m’en vais, j’vais voir ailleurs

J’me rip ça scande l’oral c rythmique

Bibi : jamais entendu. Je subodore que c’est l’écourtement d’un verlan, mais je ne vois pas.

Est-on sur qu’il n y a pas de E au bout.

 

Acratie   Bicraver.

J’ai retrouvé bicraver dans un texte sur l’imprimante 3D :
Mohamed bicrave ses statues sociales.
J’avais oublié que ce mot existait et que j’aime bien sa sonorité, la diction particulière, accentuée sur la fin du mot qu’il oblige à avoir. Je crois que c’est un fait de langue car son sens a évolué. Peut-on partir de l’argot pour aboutir à un fait de langue ?
– Il a son Audi le bicrave !
bicrave désigne le dealer.
– Combien tu la bicraves ton Audi Chris ?
bicraver signifiait dealer, c’est devenu vendre par extension (des voitures, des crêpes, de la dope).

Bibi : Puis par extension, le bicrave est devenu un embrouilleur.

 

Shash      aventure humaine

Alors cette formule-là, elle est pas cro-yable
Son avantage? t’es face à moi, tu m’dis ça, t tranquille j’me casse, direct
On peut l’entendre dans pas mal de présentations-spot pub d’émissions de télé réalité, mais pas que.
Dès que ça parle juste de la vie en fait, ça dit aventure humaine, comprendre c’est riche, c’est de l’humain quoi.
Oui tu m’a vu mettre un jour sur mon blouson un sticker avec marqué dessus l’humain d’abord mais là, c’était pas pareil, c’était politique.

Bibi : A rapprocher, sans doute, de la Rencontre. Ou des rencontres. On fait des rencontres. Les voyage c’est la rencontre. La Rencontre avec qui ? Avec l’Autre.
 

Delphine    Pris en otage.

« Pris en otage » peut signifier, dans un sens figuré, que des personnes présentent les choses de telle sorte que l’on ne puisse qu’adhérer, entrer dans leur jeu. A rapprocher de « être mis devant le fait accompli.

Dans le domaine littéraire ou cinématographique, il arrive qu’un écrivain ou un réalisateur s’arrange pour que le lecteur ou le spectateur soit automatiquement ému par l’histoire qu’il raconte, et n’ait d’autre choix que d’apprécier le livre ou le film.

Par exemple, un jour que j’avais lu un livre de Marc Lévy, je m’étais dit que l’histoire passait bien, mais qu’il « prenait son lecteur en otage » , en décrivant de manière spectaculaire des scènes insoutenables (il était question de la torture en Argentine pendant la période de dictature). Le lecteur ne pouvait qu’être en empathie avec les personnages, qu’adhérer, qu’être ému en refermant le livre.

Bibi : j’utilise souvent cette expression, et précisément dans ce sens. Peut-être un peu trop, ou du moins faudrait-il a chaque fois préciser qu’on est jamais pris au piège par un film : toujours libre de partir ou de ne pas être là –contrairement à pas mal d’otages. Bref le rapport de forces avec l’œuvre est toujours en ma faveur.

 

Shash      Prise de risque

Dalle Béatrice a superbement réactivé ce rizzani, hier sur le plateau du grand journal:
Un de leurs chroniqueurs aborde quatre des acteurs de les rencontres après minuit en leur adressant une question qui démarre genre: « dans vos films, vous aimez la prise de risque et vous nous…. » CUT DELICAT de Béatrice : « Quand on fait la guerre on prend des risques, pas quand on fait du cinéma » Béatrice, je t’embrasse avec le bout de langue entre tes deux incisives oui.

Bibi : Béatrice est une matérialiste : elle ne se raconte pas d’histoires. Elle ne se paye pas de mots.

 

Acratie       ça m’fout l’seum
Ca m’énerve, ça me fout les nerfs

J’me suis fait tirer mon ipod putain ça m’fout l’seum
J’ai raté l’bus, trop l’seum
J’peux rien faire, j’ai l’dos pété, ça m’fout trop l’seum

On a aussi une version déprime, suffit de reprendre les mêmes exemples sur un ton plaintif

Viendrait du mot arabe « semm » : venin (selon le gratuit 20 minutes)

Bibi : pas si nouveau, je l’avais repéré dans l’Esquive (2005) et je crois chez mes élèves (avant 2005, donc). Je l’entends depuis quelques années dans ds bouches tout à fait bourgeoises et civilisées. Exemple de circulation bas-haut, prolo-bourgeois.

 

Shash     être op

A prononcer O.P. sinon ça donne hop, t’es repéré tonton jeanmi de la soirée
Selon la situation – et l’âge des protagonistes ? – cela peut signifier, comme jadis, que t opérationnel, en mode top départ, ready to go now sans souci à ce qui est proposé
Ça peut aussi signifier que t le premier sur un post, celui qui initie une discut’sur un forum, que t’es l’opérateur d’un truc, le chef-op en quelque sorte, ou encore qu’un serveur, une playlist sur deezer, une personne est accessible, open peer, ouverte au partage un peu, donnant ainsi un coup de jeune au elle est open des quadra-quinqua, un coup de ripolinage dirait mamie jeanine.

– arthur mixe au showroom ce soir, t op ?
– comment faire sa candidature pour être op sur le serveur ?
– notre team a créé un logiciel qui permet de devenir op sur n’importe quel serveur (telle version) nous travaillons encore dessus, je vous mets le lien

– … faire croire qu’il est possible de devenir OP sur un serveur sans les droits…
http://www.mtxserv.fr/article/50/etre-op-sur-le-serveur
– pour en revenir à ce que dit l’op de ce fil de discussion

Bibi : Il faut ajouter la date décisive de la vie de ce FLC : De rouille et d’os, au printemps 2012. C’est par cette formule sms que l’handicapée Cotillard signale à son sauveur qu’elle est dispo pour baiser, ou demande s’il l’est, ou les deux, ou le second impliquant l’autre. Il me semble me souvenir qu’elle écrit : opé. Mais je ne suis plus si sûr.

C’est dans ce sens de disponibilité sexuelle que je l’entends le plus souvent.

 

shash  c’te profil/ v’là pas l’profil:

Autour de la table de café, ça tactile de la tablette:
-t’as vu le profil de celui-là, ça craint,
– vl’à pas la tronche, on dirait mon oncle, j’te jure, la même coupe top ringue
– et cui-là, cui-là, re-gardes c’te profil, t’as lu ou pas?
– et l’aut’comment i poooose
– et là le sourire, le sourire, c ouf
– oh putain t’as raison ça craint,
– tous ces profils, on croirait la vitrine d’un vieux magasin de fringues que j’avais vu en alsace, à munster je crois, et ben même on m’aurait dit, choisis c’que tu veux c gratuit, ben i’avait rien à sauver, j’te jure, un vrai carnage la mode là-bas
– et toi au fait, t’as mis quoi sur ton profil fb? la dernière fois que j’l’ai r’gardé t’étais en partenariat domestique avec ton chat
– attention, j’amène les verres, le gin-to il est pour qui déjà ?
– eh madame j’ai une idée, on joue à profil-cocktails, vous nous matez et vous d’vinez c’qu’on a commandé
Alors la serveuse sourit, se met de profil et dit:
« m’avez bien r’gardé? »
puis elle pose les 6 verres hurricane au milieu de la table et repart sur ses rollers vers le comptoir

Bibi : au bout du compte je ne sais plus trop où se trouve le FLC ici. Profil ? Ce que je retiens, c’est surtout le v’la. FLC qui m’épate total, que j’entends peu, et qui semble pourtant très pratiqué. Il m’épate parce que je ne vois pas comment ça a pu se fabriquer, et je vois encore moins comment l’utiliser.

 

Acratie

Est-ce qu’on assiste à la naissance d’un nouveau fait de langue avec: « Nan mais allô quoi » ?
In extenso : « Allo quoi, nan mais allô quoi, t’es une fille et t’as pas de shampooing ? C’est comme si je te dis : ‘t’es une fille et t’as pas de cheveux ». D’abord dans « les Anges de la téléréalité », puis buzz sur le net, en boucle sur Rire et chansons et hier soir au troquet vers 23h dans la vraie vie. « Nan mais allô quoi, y veut même pas m’payer un coup !  »
Est-ce que ça va tenir ? Ça marche bien avec le geste et l’air outré.

Bibi : ce post date de mars, début du phénomène Nabila. A l’heure où j’écris ces lignes, l’usage de ce allo signale immédiatement le blaireau. Dans l’histoire des FLC, sans doute un ceux qui s’est consumé le plus vite. Réponse à Acratie, donc : ça n’a pas tenu. Mais Nabilla tient bon. Elle a déposé la marque et ne crèvera jamais de faim. Tant mieux pour elle.

 

Petit 2

Quelques FLC relevés par Bibi.

 

D’abord un Dugommier, car les Dugommier sont plus rares, ou plus durs à relever. Celui-là est assurément le Dugommier de l’année 2012-13. « On voit bien que… » Celle folie sera peut-être passée à la rentrée 2013, auquel cas on n’aura qu’à regarder n’importe quel débat télévisé de l’année qui vient de s’écouler, n’importe quel C dans l’air ou Mots croisés. Le politique et l’éditorialiste adorent mettre « On voit bien que…. » en début de phrase. Le politique, l’éditorialiste, et parfois Bibi, comme il a pu s’en rendre compte en s’écoutant parler, son loisir préféré.

Faut-il gloser ce FLC dans le sens d’une prise d’otage de l’interlocuteur ? Sous-entendu : ce n’est pas une opinion que je formule là, c’est un constat : « on voit bien que la France a tout intérêt a suivre l’Allemagne dans la préconisation de la rigueur ». En ce sens il serait l’écho du fameux « Tout le monde sait bien » de Sarkozy. « Tout le monde sait bien que la France ne peut se passer du nucléaire » Mais attention à ne pas trop donner de sens à ce qui est devenu tic mimétique (mimétic) et, devenant tel, s’est vidé de tout sens.

 

Les émissions de téléréalité restant le meilleur pourvoyeur de FLC issu des classes populaires, on a bien tendu l’oreille devant la reprise de Popstars en juin dernier. Grosse déception. Quoi de neuf ? Que du vieux. Cela tient-il à l’âge finalement pas si bas des quatre gagnantes (trois ont autour de 25 ans) ? En tout cas les expressions-clés sont, soit étonnamment désuètes (truc de ouf, truc de dingue, advenus dans Loft-Story il y a dix ans), soit des recyclages avec retard de Dugommier apparus dans les classes branchées-urbaines :

-« juste » (« Enregistrer dans le studio d’Alicia Keys, c’est juste hallucinant »). On ne refera pas l’histoire de cet anglicisme (« it’s just amazing » devenant « c’est juste incroyable », mais on constatera donc ici une circulation linguistique haut-bas. Ca part de la bourgeoisie mondialisée, et ça arrive dans la classe moyenne du Sud-Est, très représentée dans les Mess (nom du groupe vainqueur)

-« clairement ». On repérait ici même, il y a un an, le « très clairement » et le « clairement » qui à cette époque faisait des ravages, et en fait peut-être un peu moins. C’est déjà l’heure de sa massification, et par voie de conséquence, on le retrouve en tic dans la bouche de Chéraze. Par exemple a 6’56 ici : http://www.purebreak.com/news/the-mess-popstars-2013-cheraze-leader-du-groupe-gagnant/60652

Et aussi à 3’59, dans la bouche de Léa.

Notons dans cette vidéo la persistance de vieux FLC (oxymore ?) : voilà (une dizaine d’occurrences), c’est énorme, c’est clair, maintenant (en début de phrase, = cela dit) et l’incontournable « c’est que du bonheur » (variante Tour de France : c’est que du bonus) qui amalgame définitivement cette sortie orale à celle des sportifs. On tient alors la cause d’une telle pénurie de FLC dans l’émission : le triste recadrage de la langue des filles en langue d’entretien d’embauche et de communication. D’autant plus triste que sans soute auto-recadrage. Les filles se mettent en position.

 

En désespoir de cause on s’en remettra à Secret Story, où les candidats sont paradoxalement plus libres. Leur langue moins tenue. Entre les scandaleux bips pour masquer leurs jurons, on a par exemple noté avec joie un somptueux « Tu pues la défaite ». A suivre.

 

Un Dugommier perçu sous des contrées sociales très éloignées du périmètre jeune : « In fine ». FLC très en vogue à Rome au premier siècle, exhumé par les éditorialistes et les patrons en réunion ou interview. On suppose que « in fine » se dit beaucoup à HEC. A traduire par « en dernière instance », « au bout du compte », ou par le littéral « au final » qui fait encore des ravages ici et là. Mais comme c’est un Dugommier le sens importe moins que la scansion. C’est un impulseur de phrase (comme « on voit bien », ou « si vous voulez »)

 

Un Rizzani pour la route :

« J’achète. »

Dans le sens de : je prends, j’approuve. Très pratiqué en entreprise, et par exemple dans le culturel.

-Je me disais qu’on pourrait changer la fin du scénario : le héros se casse à Londres pour une nouvelle vie.

-J’achète !

Le négatif existe aussi :

-Les réunions à 10H du mat’, moi j’achète pas.

Repéré depuis une petite année. Pas encore si développé. Déjà mort ou en devenir ?

 

Pour mémoire : L’OFLC : qu’est-ce que c’est ?

Les Dugommier

Les Rizzani

Pour participer : poster sa proposition dans les commentaires de la saison en cours, ci-dessous donc pour le championnat 2013-2014.

549 Commentaires

  1. sur le papier
    la version soft d’un à la base?
    sauf qu’ici il s’agirait plus de dire à propos d’un contrat par exemple, d’un truc officialisé quelque peu

    sur le papier on louait avec vue sur la mer pas sur celle du voisin qui bronze au balcon
    sur le papier c’était pour le pire et le meilleur et là il est où le meilleur hein? dis moi, je regarde, je mate à mort et j’le vois pas

    ou à propos d’un format, d’un dispositif présenté comme clé en main, un protocole qu’il suffirait d’appliquer tel en situation, on part d’une situation type avec des profils-types, cette saloperie, et ia pu qu’à
    sur le papier c’est partager un temps ludique et convivial et à 16h30, je vois arriver des enfants sur-excités de fatigue qui me prennent pour leur baby-sitter

  2. Juste un truc observé cette après-midi. Pour dire à une copine qu’elle passe le temps au lieu de chercher du taf, je suis tentée de remplacer le poétique Et pendant ce temps à Véra Cruz de 1994 par Sors-toi les doigts

    • @Acratie: « Et pendant ce temps à Véra Cruz », ça me paraît très référencé. « Sors-toi les doigts » repose sur l’implicite de l’orifice qui provoque d’emblée une réaction.

      • remarque, c’est le but. « sors-toi les doigts », c’est beaucoup plus performatif

      • @Jérémy: ce que j’aime c’est justement que la référence à la Cité de la peur paraisse du coup pleine de joliesse alors qu’elle vient de la grosse daube des nuls 🙂

        • @Acratie: bah tu vois, j’avais même pas pigé la référence :o).

          • @Jérémy: ça te rappelle quelque chose ?
            https://www.youtube.com/watch?v=W_OHqI__nmw

          • @Acratie: bah oui évidemment, séquence reprise à la fin, si je ne me trompe pas. Là, spontanément, j’ai la parole de Farrugia avant de crâmer le méchant de « Red is dead » : « Crève, pourriture de communiste ».

          • @Acratie: c’est quand même pas génial, « La cité de la peur ». Je m’étais un peu fait chier en le revoyant il y a quelques années. J’avais plus aimé le film quand il était sorti. Disons que c’est bien pour Lauby et Farrugia, mais c’est assez indigne de Chabat.

          • @Acratie: « meurs pourri-tueur communiste », très exactement.

          • @Jérémy: Pareil, mais même quand il est sorti j’avais trouvé le film très en-dessous de la bonne marrade sur canal, sauf les épisodes Véra Cruz.

          • @Jérémy: ça lui va bien à Farrugia, en vlà un qu’a eu du bol. Sauf la santé, je compatis.

          • @Acratie: j’ai toujours trouvé que Farrugia était globalement mauvais, surtout quand il officiait comme présentateur de la météo dans le NPA 87-88. Sauf qu’il remue bien la mèche dans cette BA : https://www.youtube.com/watch?v=h_U4Y2kaN5w

          • @Acratie: disons que même à l’époque je m’étais dit qu’ils s’étaient pas énormément cassé le tronc et qu’ils recyclaient des vieilles recettes. Drôles parfois, mais vieilles.

          • @Jérémy: Ouais, c’est avec ça qu’il a séduit Sarkozy il parait.

          • @Acratie: oui, j’avais oublié. Je viens de voir la vidéo de Bercy. On y aperçoit Rika Zaraï, Montagné, Doc Gynéco, Carlos. On se croirait aux Grosses têtes, grande période TF1. Sarko parle de Blum, Jaurès, sur des mots de Guaino.

          • @Jérémy: Trop fort toi 🙂 la campagne 2017 te suffit pas ?

          • @Acratie: écoute, fais-toi un shoot de Franck de Lapersonne, après t’es repartie pour la soirée. C’est comme surfer dix minutes sur nanarland et tomber sur une interview de Jean Rollin.

          • @Jérémy: Je ne connaissais pas ce Franck, comment ai-je pu me passer de lui. Merci, vraiment.

  3. tu comprends ça peut pas aller, moi je sors de dép c’est pas possible là

    sortir de dép comme on sort de prison pour dire banalment coolment avec connivence que tu sors de dépression?
    vrai qu’on dit volontiers sortir d’un rhume, d’une grippe, d’une varicelle quand on la chope à 40, tant que c’est pas les oreillons et qu’on est toujours puceau, ia pas péril en

    est-ce à cela qu’on peut mesurer la banalité statistique des maladies qu’on nomme et abrège dans la discute de tous les jours? je crois fort et c’est plutôt chouette

    rappelle-moi, t’en es à combien côté dep?
    il est accro au dep le mec, chaque fois qu’un clic meetic transforme pas en date, il plonge
    t’en en post partum ou chronique toi?

  4. Descends du trottoir

    « … là la Léa Salamé avec l’autre les animaux ont pas d’projet non mais allô descends du trottoir là… »

    Première fois que j’entends descends du trottoir, et j’aurais bien voulu enregistrer la suite car la fille que j’ai croisée parlait vite comme si elle criblait la rue de mots qu’il aurait fallu saisir au vol pour en trouver le sens. J’aurais dû la suivre.

  5. clairment
    surtout pas dire clairement car ça ôterait de l’intensité à l’approbation absolue signifiée:
    on se voit toujours demain?
    clairment

    Les élections? préfère encore un bon eczéma que d’aller filer une voix à tous ces pignoufs
    clairment

    je crois que ça remplace le carrément.

  6. – tu sais quoi? marre que tu me spammes toute la journée
    – j’ai mis mon numéro sur l’annonce, pas envie qu’on te spamme
    – son pote Jean Mohamed là? un gros spammeur, même tout seul ouais, si tu m’avais pas embrassé i s’rait encore collé chui sure

    spammer/spammeur pour saouler/saouleur, emmerder/emmerdeur

  7. tout simplement, j’entends déjà dire qu’en 1988 par là, certaine bibi le chantait, provoquant le succès qu’on sait mais mais mais mais mais je crois que je leur répondrai que l’entendre à 3 reprises en moins de deux minutes en fin de journal télévisé pourrait témoigner d’un retour en masse et du prétexte à m’amuser tout simplement
    → Souvenez-vous il y a un an, il faisait tout simplement 39° à Paris comme en témoignent ces quelques images – choix d’une file d’attente suante devant la pyramide du Louvre – et bien cet après midi toujours à Paris, il faisait tout simplement 19° de moins
    → Quant aux réservations vers ces destinations, Cuba et l’Indonésie – images de fond d’écran à l’appui barrées d’un 51 et 24 % par là – elles ont tout simplement explosées

  8. fan zone
    où va le supporter de foot qui n’a pas acheté de billet pour une raison qui lui appartient mais veut profiter d’une bonne ambiance populaire ?
    dans une fan zone

    capacités des fan zones pour l’Euro :
    Paris : Champ-de-Mars, 120.000 personnes
    Marseille : plages du Prado, 80.000 personnes
    Bordeaux : place des Quinconces, 60.000 personnes
    Lyon : place Bellecour, 25.000 personnes
    Lille : parc Matisse, 25.000 personnes
    Nice : théâtre de Verdure, 10.000 personnes
    Lens : devant l’hôtel de ville, 7.000 à 10.000 personnes

  9. et le préoccupé/préoccupation/préoccupant qui javelise la langue pour ne point dire que ça me troues le cul, que ça m’atomise la tronche ma sœur?

    Pour la dass, les services sociaux et tout le protocole du signalement, on transmet des informations préoccupantes (parfois même quand une victime est déjà bien défoncée, on reste prudent côté intrusion administrative, la peur du procès, de l’obligation de raquer pour d’éventuels dommages et intérêts si on s’est gouré tu comprends) Damoclés, c’est le préjudice causé à tord qu’il a en main début 21e, outil potentiellement jack pot et comme emmerder un quidam c’est à chaque seconde assez probable,

    Cela donne aussi du coup de la langue politique javélisée spécialment dans l’agriculture où ça réglemente sur les produits et préparations naturels peu préoccupants ou la france agricole notamment choisi de titrer à propos de/ du
    déficit hydrique préoccupant
    la sécheresse préoccupante pour les fourrages
    ou, il y a un an, face à la situation de crise préoccupante à pontivy et autour du porc http://www.ouest-france.fr/bretagne/pontivy-56300/crise-du-porc-pontivy-le-foll-evoque-une-situation-preoccupante-3411151

    – si on voit en ce flc préoccupant un possible répondant au t’inquiète, il pourrait dater de 2010 par là,

    => la place de la république à paris? 1 mois qu’on la préoccupe gros
    => sa balance lui indiquant qu’elle pesait 60 kilos de moins, elle commença à se préoccuper de changer de fringues

  10. Depuis le 31 mars 2016, debout pour
    dehors, pas à la maison, blanche, j’ai pas sommeil, on se pose on en parle, ici c’est quelle commission dis moi, comment ça pourrait marcher ça, je dis je vis, putain ia déjà pu d’bières vous déconnez les gars, les cracheurs de feu ça m’impressionne et en même temps j’vois moyen l’intérêt, comment faire pour être pas trop mal au monde, t’as déjà vu l’an 01 de gébé, a y est nous sommes le 60 mars 2016, t’as dit ça t’as rien dit, avec dents et sans cerveaux

    jean jacques hésite encore entre dehors et t’as dit ça t’as rien dit

  11. en même temps
    entendu une cinquantaine de fois au moins hier dans la rue
    en même temps, ien avait du monde hier dans la rue

    j’ai pas trop lu les trucs de la loi en détail en même temps on f’rait pas tout c’bordel si elle était bien
    il a ni queue ni tête ce mouvment en même temps en c’moment personne sait pu trop où il en est
    il a osé me rappeler dis donc en même temps j’ai jamais répondu
    putain si ma reum me voit à la télé en même temps on s’en fout

    en même temps pour quoiqu’il en soit? pour accoupler en simultané la cause à l’effet à sa conséquence?
    en même temps c’est plutôt pour reprendre son souffle tout en pensant rapide à ce qu’on dit, à son importance, sans soutien juridique et/ou psychologique on résout seul la problématique qu’on vient à peine d’ouvrir
    → une belle béquille orale des familles, pour la famille Dugommier plus précisément, un fait d’oralité.

    • @shash: Oh oui ! Souvent pour parler d’un truc auquel on n’avait pas pensé en amont, réflexion en cours d’élaboration, en direct, opinion non définie. L’interlocuteur s’emmerde en général, ça se lit dans ses yeux.
      Ou bien pour induire un doute chez l’interlocuteur sans le contrer frontalement.

    • en même temps est un FLC de 2000

      • @François Bégaudeau: Cependant je trouve que shash a raison de pointer un retour en force.

        • @Acratie: et puis j’aime bien v’nir traîner ici pour m’enjailler

          • @shash: moi aussi j’aime bien. Failli mettre marmule récemment, mot employé par ma fille  » j’vais chez Hugo faire la marmule de chantier ».

            Je retrouve le mot chez Bertand Belin :

            J’ai perdu contre le colosse
            Pas assez de masse, pas assez d’os
            Tout contre lui j’ai plié
            Et je t’ai perdu en sus
            Acculé que j’étais sous la marmule
            Sous son poids, sous sa masse
            Sous le sirocco de son râle
            Résigné, devant le mal, sous le sirocco de son râle
            Patient bien que las, je dévale une pente au bord de l’eau
            De rires l’écho de cerises le goût…

            A l’origine marmule viendrait de l’argot Breton et désigne un colosse. FLC n’est pas argot mais parfois un FLC récupère l’argot non ? J’hésite.

  12. on est entre nous …!
    pas nouveau comme expression mais elle revient en force

    se dit quand l’ambiance devient trop familière voire malpolie et que quelqu’un proteste

  13. radicalisé, radicalisée
    on l’entend tous les jours maintenant
    pas la peine d’écrire des exemples

  14. *2016: tu dis plus chaud cacao, encore moins chaud les marrons mais
    c’est chaud
    sobre, propre, bogoss, éventuellement t’ajoutes là
    et ça donne:

    – fusillade au bataclan 30 morts c’est chaud TKT tout va bien pour nous on est à l’abri

    – elle est partie super calme sans gueuler ni claquer la porte, je la connais bien, c’est chaud là.

    – Ça donne quoi ?
    C’est chaud
    le score steup
    gagnés 25/29 contre les deux suivants 28/25 tout se joue dernier set

    – 7 à 14 sur l’continent en novembre, 12 à 16 en décembre, pour aller au ski c’est chaud c’t’année

    • c’est chaud pour un truc tendu, relou, qui fait bien iéch donc

    • *2016: tu dis plus chaud cacao, encore moins chaud les marrons mais

      omis la phase du chaud bouillant
      qui se dit encore il me semble,
      au moins dans ma tête

  15. morte dans le film j’aime beaucoup, beaucoup morte dans le film entendu il y a 10mn dans Les reines du shopping sur M6.
    Voilà. Une fille se trouve la tenue parfaite pour le thème imposé Moderne avec des bottines (bof, c’est loin d’être le plus poilant des thèmes de l’émission) : wouah Mimi elle est pas morte dans le film ! La concurrente qui s’exclame (elle est volaillère et s’appelle Danielle) signifie que Mimi a toutes les chances de gagner, elle est dans la course.
    Je lis aussi que Nikolas dit de Eve qu’il vient de sauter dans les Princes de l’amour « C’est une fille frustrée qui est morte dans le film.  »
    Sans oublier Vanessa sur Facebook qui nous chronique sa vie : Chro d’une tismey morte dans le film.

    • @Acratie: je ne connaissais pas, j’aime bien.
      apparemment l’expression a changé de population
      cf cette chanson de 2012 du groupe de rap Sexion d’Assaut – Disque d’or: http://genius.com/521935

      Ha ha ha ha, yeah!
      Le 75 reprend ce qui lui est du de droit
      Yeah!
      Vous êtes mort dans le film
      On est puissant comme la Chine
      Si tu survis au premier 16 tu finiras tétraplégique
      Comme une fille j’ai du vice
      On bicrave tout ce qui mets des gifles
      Rien ne sert d’être poli Paris c’est devenu Tripoli.
      etc.

      • @Juliette B: Acratie :étonnant cette espèce d’explosion du langage. belles productions.

        • @Juliette B: @patricia: Juliette a peut-être trouvé l’origine avec Sexion d’Assaut ?

          • @Acratie: pas sûr pour l’origine: l’expression serait antérieure à la chanson d’après l’ado qui m’a mentionné son existence avec un air d’exhumer des vieux restes de dinosaure;-)

          • @<a
            On remonte à La Fouine, 2011, album Capitale du crime, titre
            T'es mort dans l'film

            T'es mort dans l'film
            Mort dans l'film
            Mort dans l'film
            Mo Mort dans l'film
            Y'aura pas de saison 2

          • @Acratie: houla, donc La fouine l’a dit avant Maître Gims: on va rallumer la guerre des gangs* là Acratie !:-)

            *genre comme ça: http://musique.jeuxactu.com/news-the-game-menace-young-thug-je-vais-te-defoncer-18660.htm

          • @Juliette: Ce serait trop bête, selon Booba ils sont réconciliés depuis le 13 novembre.

Laisser un commentaire