Begaudeau.info, le site officiel de François Bégaudeau

Pas encore membre ? Enregistrez-vous et simplifiez-vous les commentaires !

Au début, un roman autobiographique


Au début, Alma éditeur 2012

*

L’interview exclusive

Une vidéo de Claire Koç

*

 

critique de au début dans livres hebdo

Critique parue dans Livres Hebdo

 

L’avis d’un lecteur sur Amazon

Au début il y a elle, il y a eux deux, ou même eux quatre: les parents.
Rien de plus commun qu’une grossesse mais rien de plus singulier que de la raconter et François Bégaudeau a su écouter les femmes. Incontestablement il a même dû beaucoup écouter, humblement écouter avant d’offrir ces treize histoires de grossesse écrites avec une grande sensibilité, un humour inégalable et un raffinement littéraire qui ne transigent jamais avec une réalité organique aussi trash qu’un accouchement, justement.
L’une de ces femmes, page 185, livre l’envers du décor et la première question qui intéresse l’auteur : la décision. D’où vient ce désir d’avoir un enfant et qui en a l’initiative. Et l’on découvre que les pères sont, plus souvent qu’on ne l’imagine, les premiers à « en parler ». Une surprise parmi toutes celles qui émaillent ce livre puisque chaque texte rend compte d’une situation extraordinaire, d’une expérience limite, d’une histoire inédite et passionnante qui est finalement celle de tout le monde ou presque.
C’est l’effet de série qui constitue à la fois la force du livre et l’identité commune à toutes ces histoires. C’est la répétition qui fixe le réel alors même que chacun des treize récits se développe bien au-delà de l’état de grossesse en fictionnant le réel, l’intime, par des digressions particulières sur les chroniques familiales, l’environnement ou la généalogie.
« Au début » est un drôle de livre et un livre très drôle sur un état finalement pas si ordinaire…

 

Extraits de la critique de Thierry Saunier parue sur son blog

Si François Bégaudeau n’est jamais où on l’attend, peut-être est-ce tout simplement parce que nul ne l’attend au bon endroit. Alors que les milieux (de terrain) de l’édition bruissaient de rumeurs, un jour un pamphlet contre José Mourinho, un autre une ode à Cécile Duflot, ou l’inverse – ça y va pas aimer -, la veille une agression à main armée sur Valérie Donzelli, le lendemain une stèle à Gombrowicz –   – le voici réapparaissant résolument « ailleurs ». Qui l’eût attendu, en effet, avec un recueil de nouvelles – ou roman ? – consacré au thème de la grossesse ? C’est pourtant ainsi que se présente « Au début », qui paraît ces jours-ci chez un éditeur dont le graphiste ne risque pas de venir décorer ma chambre C’est pas grave, un livre, le mieux, c’est encore d’en lire le texte. Yes I can.

Ce texte badin et touchant, grave et léger, nonchalant et survitaminé, se signale d’abord à l’attention des lecteurs aguerris par son élégance littéraire, qu’en théoricien-pratiquant de l’oralité concertée il avait jusqu’alors, non pas négligée, mais résolument récusée. Comment lui donner tort, le tropisme vers le classicisme – surécrit, c’est un peu comme machiavélique, il s’agit rarement un compliment  -, on sait ce que c’est : on veut écrire comme Gracq, on finit par bafouiller, en se la pétant quand même, c’est le comble, à la Saunier. Cependant, il y a quand même des inconvénients à l’option inverse : il fallait quand même une certaine sensibilité littéraire pour s’apercevoir à quel point son parti-pris d’oralité, légèrement atténué dans « La blessure la vraie », c’est quand même pas ma faute si c’est son meilleur livre ! était en fait finement tressé, à quel point ces interjections, ellipses, élisions, anacoluthes, et autres monstruosités grammaticales étaient le fruit d’une réflexion syntaxique et lexicale sophistiquée – au passage, belle allitération -, bref, comme dit sur Canal, à quel point cette sous- écriture ostentatoire était en fait une surécriture paradoxale et masquée.

D’un autre côté, pour ceux qui à ma semblance considèrent qu’ils ont leur compte (et au-delà) de négations bouffées en provenance de l’Elysée, et qu’ils se remettront à lire Bégaudeau quand le serial killer de la syntaxe aura vidé les lieux, ils peuvent sans attendre renouer, dès l’incipit d’« Au début » : c’est une bonne nouvelle. Nouvelles, au fait, ou roman finalement ? Réponse : en seconde lecture, et definitely, roman. C’est un verre de Brouilly qui m’a mis sur la piste, mon cher Watson. Un personnage féminin le boit dans un café avec une amie au chapitre deux, et au treize c’est via l’amie que s’opère un contrechamp. Si elles avaient comme tout le monde pris un café, pas sûr que ça me serait remonté au cerveau. A quoi ça tient la littérature.

Treize chapitres, et un autoportrait bref et drolatique en guise de bonus en fin de volume ; quatorze,  donc – voir plus haut. Le thème fédérateur en est la grossesse, et le personnage commun à tous ces épisodes, et de manière croissante, puisque son rôle est décisif dans les trois-quatre derniers, y est un prénommé François – un prénom de président, ou de présidentiable, ce qui vaut pas mieux, méfiance donc. « Vers la douceur » (2009) contait les déambulations sentimentalo-existentielles et colloques d’épiderme tous azimuts d’une bande de trentenaires, là ce sont un peu les mêmes cinq (ou dix ?) ans après, mais pas que. Y a aussi des parents, des potes périphériques, bref des récits panachés dans l’espace et dans le temps (habilement marqués), sinon dans la sociologie où s’esquisse quand même une certaine homogénéité : classe moyenne élargie

Le premier chapitre du livre, qui narre l’incroyable parcours du combattant d’une mère qui accumule fausses couches et autres drames, jusqu’à finir, à force de ténacité, d’obstination, et mais oui, de courage, par accoucher d’une petite Gabrielle, est sans doute ce que Bégaudeau a écrit de plus émouvant à ce jour. J’avais d’abord écrit qu’il s’agissait d’un François inattendu, mais dans la pourtant longue et dense histoire de la critique littéraire comme synonyme de la paresse, aller jusqu’à ne pas lire son propre incipit eût probablement constitué un précédent. Disons donc : inédit. Y a pas de blaze, j’arriverai bien à me contredire ailleurs. C’est dans mes cordes.

La tentation de la thèse (ou de l’hypo) affleure parfois, mais comme elle est rééquilibrée vingt ou cent pages plus loin par son contraire dans une autre séquence, le piège est évité avec maestria. Bilan d’ensemble ? La biologie n’a pas bougé depuis Adam et Eve, mais la sociologie et les mœurs ont quand même tout changé, sauf l’essentiel. Il me semble quand même voir poindre une sorte d’étrange orgueil générationnel : première génération du binôme contraception plus avortement, jamais enfanter n’aura autant été un choix ; place accrue à la liberté de l’enfant au détriment de l’autorité des parents, soit gratitude envers des parents libéraux, soit leçon (discrète) envers des parents pas assez cool ; et bien sûr, possibilité de grève du ventre sans stigmatisation sociale. C’est drôle, ce beau roman gai ne va pas précisément à contre-courant des sagas pleurardes à succès qui le révulsent et qui, peut-être, sont son anti-modèle : en socle commun avec Delphine de Vigan et Laurence Tardieu, il y a l’hypothèse somme toute raisonnable que le savoir parental s’est accru, le choix aussi, les options (avec la généralisation du divorce) pareillement et que l’un dans l’autre le parents d’aujourd’hui sont plus réfléchis et plus informés, ce qui ne veut pas dire meilleurs, que leurs géniteurs. C’est ça qui est si plaisant dans la littérature ; c’est à quel point l’idéologie n’y a pas de prise. On est contemporain de ses contemporains, et le reste, c’est de la sciure pour les chats.

Alors, si ce roman est si bon, pourquoi persister à le juger légèrement inférieur à « La blessure la vraie » ? Toujours pareil : peut-être parce que dans ce dernier livre se trouve tapi, sinon niché, un soupçon supplémentaire d’implication personnelle. Ce livre, la grossesse vue et lue par un garçon, est écrit de l’extérieur, un extérieur ultra-intelligent et ultra-informé, un extérieur tout de même.

Et voilà pourquoi votre fille est muette, et pourquoi « La blessure » garde sa médaille d’or, comme la Roja, et peut-être pour plus longtemps encore. De LBLV je peux dire ce que  Sartre avait écrit, en public donc, de « La chute » de Camus, « le plus beau peut-être, et le moins compris de ses livres »  et aussi ce qu’il en disait en privé – à Olivier Todd -, c’est-à-dire la raison de cette élection : « parce qu’il s’y est à la fois mis tout entier et caché tout entier. »

Féministe, comme en atteste « Fin de l’Histoire », ex-prof, comme en atteste « Entre les murs », enfant du rock, comme en atteste « Mick Jagger, un démocrate », autobiographie émancipé et distancié, comme en atteste « La blessure la vraie », François Bégaudeau ne pouvait guère, ne pouvait rien écrire d’autre qu’un roman autobiographique sur la grossesse (?) éclaté en 14 séquences plein de profs et comportant les phonèmes NOFX, Wampas, Fréjus, Love Like Blood – rayez la mention inutile. Si vous n’en rayez aucune vous êtes vraiment des amis. Putain mais c’est pas croyable, et pour un écrivain, vraiment regrettable, pour ne pas dire désolant, pour ne pas dire lamentable, d’être à ce point prévisible.

 

L’avis d’une « blogueuse littéraire », pour lire sa critique complète : les livres de George

(…)Au-delà des histoires, toutes différentes, l’auteur a su restituer un ton propre à chaque femme, on les entend parler, et il ne tombe jamais dans les pièges béants de son sujet. Pas d’attendrissement mielleux, pas de descriptions glauques, même si parfois la tentation est forte, pas de complaisance dans le médical et l’organique, mais une façon de parler de la grossesse presque simplement tout en en montrant l’aspect extraordinaire(…)

128 Commentaires

    • merci PH
      je précise que je n’ai pas tu cette sortie, et l’existence de ce poche
      je n’étais tout simplement pas au courant

      • Dimanche, une pensée pour Jacques à la lecture du post, c’est de circonstance. Sean ou quelqu’autres de chez la cigogne doivent être en vacances. Je ne vois pas d’autres explications.

      • Je comprends mieux pourquoi les critiques ciné adulent tant Hong Song-Soo après avoir vu Ha Ha Ha.

        • et il y a mieux

          • Je veux bien vous croire. J’attends l’opportunité de le constater.

  1. en attendant janvier

    http://www.deezer.com/track/3256050

    j’écoute le 1er 33 des Téléphone que je m’étais achetée

    il est question ici d’être tout comme au début:

    http://www.deezer.com/track/3256048

  2. mise en muse:
    http://www.deezer.com/fr/music/track/13660628

    quelqu’un en connaît d’autre liée à cet état?

  3. Je voulais vous remercier indirectement pour la lecture d’un livre qui m’a beaucoup plu.
    C’est grâce au roman Au début que je suis venue au roman de Belinda Cannone, Le baiser peut-être de la collection Pabloïd.

    Ce livre plairait à tous les sitistes, je pense.

  4. Hier, ma mère au tél.avec ma fille: »tu diras à maman que François Bégaudeau était au magazine de la santé hier » (si la famille s’y met!)

    http://www.france5.fr/sante/le-magazine-de-la-sante/emission/2012-05-21

    c’est dans paroles de mère entre deux chroniques sur le sommeil (besoins physiologiques chez un sportif puis chez les personnes agées) on trouve l’invité de Michel&Marina avec son Au début:
    si envie d’écouter, positionner le curseur, une fois toute l’émission chargée, à à peu près 1/3

    merci Mum!
    et à toi aussi ma fille de m’avoir passé le message,
    (je leur passerai le livre dès qu’elles voudront le lire)

    i vous z’ont pas mal reçu Michel&Marina je trouve Doc,
    en tout cas moi j’ai mieux compris encore,

    • je ferais pas ça tous les jours quand même

      • Voici un de mes innombrables rêves d’amateuse de littérature, ciné livres jeunesse et essais en tout genre:
        vous voir glisser vers moi sur une longue table tel le sel en vous aidant de votre grand tablier anti-poussiére:

        et j’pourrai vous appeler Marie-Pierre Doc?

        • c’est mon prénom préféré
          et je suis pas le seul
          http://www.youtube.com/watch?v=IjX_y5Kah4A

          • yeah!
            rencontré Didier& les wampas une seule fois, en 1ère partie des Madness ia peu de temps au Zénith de Paris: chouette, impressionnant aussi quand il passe pas loin porté sur une chaise sous les « DIDIER WAMPAS C LE ROI DIDIER WAMPAS C LE ROI »
            et puis il avait fait monter des nanas, plein de nanas sur scène, elles apparaissaient d’abord en ombres chinoises pour où sont les femmes..c’était bien.

            bonne journée M.P.

          • plus précisément :
            Didier Wampas est le roi
            Non il n’a pas peur des skinheads grecs

            à ce propos, je mets ça dans le pot commun, découvert hier et particulièrement stupéfiant pour moi, puisque cet album fut une date
            On y voit le doux Marc envolé peu après
            On y voit comment se fabrique le rock le vrai le seul
            http://www.youtube.com/watch?v=qw6pkDaNWPI

          • .la fabrication brut de décoffrage en réfléchissant mais pas trop, en se faisant plaisir et en étant à ce qu’on fait sur le moment, c’est ça?
            -z’êtes allé voir Le grand soir Doc?
            j’ai compris que les wampas sans le doux Marc qui fait l’idiot dans le doc en lien i traînent,

      • à quand la prochaine vidéo? on commence à se lasser quand même…

  5. @François Bégaudeau: bjr François,
    en cours de lecture des nouvelles de votre Au début je n’ai en aucune façon atteint un rythme de croisière:
    là je viens de faire connaissance avec Saïd et l’assistante sociale;
    je le lis sous la douce influence d’une ancienne collègue qui me voyant revenir d’une pause déj. durant laquelle j’avais acheté quelque temps après sa sortie librairie l’Ensemble c’est tout d’Anna Gavalda avait réagi en me confiant:
    elle: « tu l’as pas encore lu?
    moi: (avec hochement de tête gauche/droite + regard + moue presque gênés) non mais ça ne saurait tarder (+ sourire indéterminé)
    elle: comme je t’envie »

    .c’est une collègue qui ne m’était pas particulièrement sympathique et pourtant cet échange avec elle m’est tombé dessus quand, tenant votre dernier bouquin dans mes mains, je me suis posée un peu avant de l’ouvrir,; depuis elle m’accompagne durant chaque temps de lecture d’Au début et de fait, parfois je traînasse sur une nouvelle, puis après j’en lis trois, puis j’en reprends une..je veux pas le finir trop vite.

    petite question qui me vient là, en cours de:

    .certains témoignages de copines et copains (je peux parler de témoignages?) vous ont-ils, donné envie de, ou vous ont-ils amené à plus les romancer que d’autres?
    écrit autrement: la part de créativité autour de leurs propos est-elle relativement équivalente (contrainte que vous vous seriez posée et imposée) ou certaines histoires rapportées vous ont-elles + (ou -) fait pianoter les doigts sur votre clavier? (sans imaginer un jugement sur l’intérêt ou une relative valeur différente de ces témoignages bien sûr)
    merci,

    • @
      je viens de le finir: snif

      -quelle part de fiction/ quel part de réel dans chacune des nouvelles?
      -avez-vous fabriqué certains des portraits en mélangeant les propos recueillis par ex.? ou vous êtes-vous attaché à construire chaque nouvelle à partir de ce qu’une personne vous avez livré sur la grossesse?.
      merci,

      • -quelle part de fiction/ quel part de réel dans chacune des nouvelles? : un peu long à détailler.
        -avez-vous fabriqué certains des portraits en mélangeant les propos recueillis par ex.? oui, pour certaines
        ou vous êtes-vous attaché à construire chaque nouvelle à partir de ce qu’une personne vous avez livré sur la grossesse? oui, pour certaines

        sur la première question, il m’apparait de plus en plus, et l’écriture de ce livre en a été une confirmation, que la littérature (l’art) est précisément le lieu où s’abolissent ces catégories de réel et de fiction
        à partir du moment où un élément de réel est SAISI dans une phrase, alors c’est de la fiction
        c’est ce que j’ai aussi essayé de signifier en racontant deux films dans ce livre : à partir du moment où un geste vu dans une scène est SAISI dans une phrase, alors ce n’est plus du cinéma, c’est du texte, et c’est autre chose

        • suis retournée sur la page précédente relire un peu les comms précédents et j’ai lu une de vos réponses autour du protocole d’écriture de Au début,
          ça complète

          sinon, par ex. ceci: c’est vous?

          « On s’aimait, pourtant. Plus que jamais. On peut s’aimer et ne pas coucher, c’est une information. On peut trouver formidable de se faire servir un plateau de fromages au lit par un mari qui se défonce en huit pour soutenir l’effort de guerre parental, ou qui se fourre trois doigts dans le nez pour amuser le petit »

          p.139 Au Début François Bégaudeau- Alma,éditeur Paris, 2012.

          c’est vous?

          + Rosemary’s baby ok mais l’autre film c’est lequel?

          • Je ne comprends pas la question. Le livre est de moi. Les phrases sont de moi.

            Mais si tu veux, soyons précis.
            1 cette amie me dit qu’avec le père ils n’ont pas eu de sexe pendant quelques mois
            2 cet amie me dit qu’ils ne se sont jamais autant aimés
            3 cette amie me dit qu’elle adorait le voir fourrer trois doigts etc, et qu’il lui serve un plateau de fromage au lit.

            Voilà, j’ai trois informations, qu’est-ce que je fais? je fagote, je lie, je tisse, je fabrique un emballage grammatical qui est une sorte de synthèse et qui produit du sens (quelques chose comme du sens). Avec ajout d’une généralité « On peut s’aimer et ne pas coucher, c’est une information. »
            Voilà en gros comment j’ai procédé lorsque je partais d’informations livrées.

            L’autre film est L’empreinte de l’ange.

          • ok, merci d’avoir quand même répondu sans pour autant comprendre à quoi; j’ai pu écouter le truc de La grande table avec J.L.Fournier: je merdouillais en fait avec cette idée de partir de sorte d’interviews, d’invitations à raconter, du contenu, des faits venant des autres et de la part romancée autour, bon;
            finalement z’avez fait comme d’hab alors,
            je tourne la page;
            pas vu l’empreinte de l’ange, pourvu que je vive jusqu’à 486 ans,

        • @François Bégaudeau:
          Quand j’ai eu terminé Au début il y a quelques semaines, je me suis posée précisément ces questions, et je suis heureuse de pouvoir lire vos réponses.

          • je sentais que les lecteurs auraient besoin d’informations complémentaires et fiables

  6. 8 mai 2013: commémoration de mon achat une année auparavant du Au début de François Bégaudeau
    à la fnac
    quand je peux je rentre dans des petites librairies de quartier mais là après avoir patienté quelque temps, j’ai pas eu envie du possible mais on peut vous le commander hein! ou que j’en ressorte avec sous le bras un auteur dans la lignée de cet écrivain qui malaxe réalité et fiction comme un petit mitron; bref, je l’ai: SPLAOUCH!

  7. mise en muse:

    http://www.deezer.com/music/track/13792933

    merci M’sieur Claude,

  8. Au début j’ai trouvé la couverture hideuse puis par finir de l’apprécier.
    Là n’est pas l’important. Que l’on soit homme, femme, parent ou non ce roman s’adresse à tous. Les sentiments ressentis vont crescendo, notamment distillés par des phrases justes, qui marquent. Et quelle coda !

    Merci FB pour ce très beau roman.

    J’ai grande hâte de lire La blessure la vraie.

    • Merci.
      Dieu fasse que chacun surmonte à son tour l’épreuve délicate de la couverture.

  9. désolée perdrix, j’ai prêté mon exemplaire d' »Au début » à ma mère. La couv l’a intriguée, elle m’a demandé : « de quoi ça parle ? », « de 12 grossesses », « l’auteur a interrogé ses copines », »ses copines », ça l’a fait réagir, j’ai dit que ce n’était pas documentaire et que le mieux c’était qu’elle le lise … Elle a relevé qu’il y avait les coordonnées de ce site, elle m’a demandé : « tu y vas ? », l’ oeil de lynx de ma mère, fière d’être sa fille (= d’être sortie de ce ventre-là !). J’attends avec impatience ce qu’elle va en penser et les histoires qui ont retenu son attention.

    • @Helene: Marrant ,moi aussi ma mère l’ a embarqué.Pourtant elle avait été rebuté par la blessure la vraie ,à cause du sexe.Il faut croire que le sexe avec procréation est plus acceptable.Pendant ce temps mon père crie avec sa voix de facho « Il est nul ce Bégaudeau,c’est un nul!! »( mais bon, mon père…).

      • @anne-laure: mon père, ce sera dans un 2ème temps, j’utilise ma mère comme cheval de Troie.
        Le sexe dans « la blessure la vraie » a choqué ta mère ? et ton père est un « facho » ? pourquoi tu fais passer tes parents pour des réacs ?

        • @Helene: Ah oui ,vous avez raison , je me demande pourquoi je fais ça…

          • @anne-laure: @anne-laure: anne-laure, de mon côté j’ai écrit que j' »utilise » ma mère, tu crois que c’est mieux ?

          • @anne-laure:Vous êtes bien pire que moi oui.Honte sur vous.

  10. de passage à st brieuc, ai assisté à la rencontre littéraire, dans une petite salle un peu morne de la bibliothèque. présentes des groupies à tête chenue, plutôt ravies de la présence de l’éphèbe de la littérature française, François.
    François Begaudeau ou l’art d’être juste et inspiré malgré des questions qui l’étaient un peu moins.
    Je vous ai lu à rebours et j’aime vos écrits. dommage que l’échange n’ait pas permis une ouverture sur l’oeuvre Begaudeau; pour aborder le style, l’écriture quoi.

    • L’éphèbe de 40 ans mal rasé te trouve un peu dur avec la modératrice. Comme je le lui ai dit après, elle a quand même relevé la phrase clé de Au début (celle qui parle des gens comme historiens d’eux-mêmes) Ce qu’aucun journaliste n’a fait avant elle depuis un mois et demi que le livre est sorti.
      Le style et l’écriture sont les grands absent des rencontres littéraires, allez comprendre.

      • Oui c’est vrai suis un peu sévère. Surtout que son écoute et son intérêt semblaient réels.
        De plus « être historien de soi-même » n’est pas un thème rebattu, et renvoie au discours de Céline sur la question. Et j’avais l’opportunité de poser mes questions, j’ai choisi l’inertie.donc rien à dire.
        quoi qu’il en soit je lirai ce dernier livre qui confirmera ma non-envie de grossesse.

        • J’apprécie grandement le réflexe de ne pas s’exclure d’une situation. Merci pour ça.

      • Je la trouve franchement géniale cette phrase. Vraiment.

Laisser un commentaire