Begaudeau.info, le site officiel de François Bégaudeau

Pas encore membre ? Enregistrez-vous et simplifiez-vous les commentaires !

Pour en finir avec une rumeur persistante

Ce site démocratique a aussi pour vocation de déjouer certaines contre-vérités, ni plus ni moins. Dans cette optique, voici une vidéo urgente, nécessaire, vitale

Une vidéo de Claire Koç

53 Commentaires

  1. Alors, c’est cette vidéo-là. Mon rire ne se déclenche qu’en pointillés, à des moments très précis que j’ai identifiés et dont je vais parler. Abordons la structure. On a, comme pour une autre vidéo inaugurale du site, François assis, filmé en plan rapproché. Donc le haut du corps, au niveau de la poitrine : tout se jouera globalement au niveau du visage, puisqu’il s’agit de reproduire -sur un mode caricatural- les mimiques d’un homosexuel tel que se le représente l’homophobe lambda, qui va le couvrir d’une forêt de préjugés : la loquacité, puisque la parole forcément le féminise – et que pour lui l’homo est une femme manquée-, la gestuelle maniérée -on pourrait dire affectée-, le rapport à la mère qui emprunte au cliché psychanalytique de l’Oedipe mal résolu. Aucune ambiguïté au niveau des intentions. No problem.

    Alors pourquoi ça ne me fait pas autant rire que les autres vidéos ?

    Question de tempo : l’échange se perd dans la discursivité là où le comique de François a besoin d’une forme brève pour s’épanouir : punchlines, réparties, il n’est jamais aussi bon que lorsqu’on lui donne la possibilité de ricocher. Ou alors quand lui-même se fait ricocher, en ménageant par exemple des ruptures de rythme dans ses conférences (on y reviendra). Il me semble ici que le propos tourne en rond à l’image des circonvolutions dont le personnage incarné par François use stratégiquement pour éluder la question essentielle : celle de son homosexualité. Et que l’humour est là lorsque ce chat humoristique qu’est François Bégaudeau se saisit de la balle contextuelle lancée par Claire. Pas si souvent, pas assez souvent.

    Ainsi, « Une boîte de nuit orientée » lui inspire le mot « orientale ». L’usage du mot répond à une stratégie d’évitement qui dure depuis le début, mobilise l’usage d’un paronyme pour acter le décalage, fait surgir un exotisme festif. De la même intention procède l’emploi du patronyme « Wauquiez », dont la présence déceptive participe d’une semblable ruse : ne pas nommer Ruquier et faire jaillir le grotesque par connotation. Pourquoi par connotation ? Car Wauquiez, c’est la droite réac, laquelle ne s’accommode de l’homosexualité que par oxymore.

    Aussitôt saisie, aussitôt relancée. Blague condensée, dont François dégage super bien le mécanisme dans « D’âne à zèbre » parce que c’est son terrain de prédilection et qu’il s’est bien observé. Donc pour le reste, relire le chapitre « Humour » de ce livre.

  2. salut! je viens de decouvrir ton film « entre les murs ».je decouvre également ton site ainsi que toi ….franchement RESPECT pour ton taff…oups travail..lol ta video m’as plié en deux…je te souhaite de continuer a reussir comme tu le fais..a bientot.

  3. Bon, il faut quand même avouer que deux ans après, Laurent n’a toujours pas réagi.

  4. Juste un GRAND merci pour ce sourire qui ne m’a pas quittée pendant 8’14.
    Je vous découvre aujourd’hui, et suis agréablement surprise.

  5. la dernière semaine mytho de Nicolas B.m’a fait penser à cette rubrique de begaudeau,info, la voici tiens, elle porte le n°32:

    http://www.youtube.com/watch?v=LsdolZDpa0k

    ‘paraît que la concurrence stimule,

  6. J’aime bien ce côté moqueur de la vidéo et la façon dont vous jouer avec cette rumeur; avec ironie et bonne humeur à la fois.. Même si finalement, au fond, on s’en fiche pas mal de l’identité sexuelle de chacun!

  7. A une époque pas si lointaine, des rumeurs disaient que j’étais en couple avec un certain Monsieur X (protégeons son anonymat) que d’autres rumeurs disaient homosexuel… Devais-je en conclure que j’étais un homme?

  8. Bégaudeau est encore un punk qui s’en fout. ca c’est chic.

Laisser un commentaire