Begaudeau.info, le site officiel de François Bégaudeau

Pas encore membre ? Enregistrez-vous et simplifiez-vous les commentaires !

Le chocolat est l’avenir de l’homme

Article inédit de François Bégaudeau à propos du film Black Book de Paul Verhoeven

divine carice van hooten et ses jarretellesLes femmes ne présideront jamais aux destinées de l’humanité. Elles aiment trop le chocolat. Pendant que des hommes se réunissent autour de tables ovales ou de cartes d’état-major, pendant qu’ils se partagent le monde à Yalta ou décident une intervention militaire dans un pays voyou, ces dames et demoiselles feignassent devant la télé en croquant méthodiquement dans une tablette 24 carreaux. Elles ne devraient pas, le savent très bien, le font quand même.

Mais c’est pour survivre.

Survivre dans ce monde dirigé par des hommes à grands coups de crayon sur des cartes d’Etat-major, à grands coups de poing sur des tables ovales. Survivre au coup de fil de ce salaud de Jonathan, la veille au soir. « Je crois que je vais pas venir tout à l’heure » a-t-il murmuré inaudiblement. « Tes parents t’empêchent de sortir ? » a dit Laetitia, retardant le moment de comprendre vraiment ce qu’elle n’avait que trop bien compris d’emblée. « Non, je crois que je vais être obligé de casser » a-t-il ajouté. Et alors Laetitia a préféré couper, pour pouvoir pleurer tranquille, la tête coincée entre deux peluches. Puis le goût du chocolat a recouvert un peu celui de l’amertume dans sa bouche. « Obligé de casser », avait-il dit. Pauvre type.

Dans Black Book, l’héroïne Rachelest jouée par une jeune et géniale actrice hollandaise prénommée Canice et nommée Van Houten, comme le cacao amer que ma mère me faisait goûter dans les années 75-6, et je faisais une grimace comme si j’avais avalé une déchetterie. C’est sans doute pour ça que le réalisateur, Paul Verhoeven, a eu l’idée de lui faire manger du chocolat. Pour survivre. On l’a empoisonnée, elle est encore un peu consciente, sent que son diabète va bientôt redoubler le poison et la précipiter dans l’abîme, trouve juste la force d’attraper la tablette dans son sac et de l’engloutir. Le sucre ainsi ingurgité lui offre le sursis nécessaire pour se traîner jusqu’à la fenêtre et se jeter dans la foule qui lui prêtera assistance. Ou peut-être pas. Au bout de deux heures, Rachel n’est plus sûre de rien. Depuis le début de cette histoire vraie d’une juive hollandaise en butte à la seconde guerre mondiale, tous les refuges se sont révélés des pièges, presque tous les alliés des ennemis, et il faut courir et courir encore pour leur échapper – « mais cela ne s’arrêtera donc jamais ? » demandera-t-elle, hors d’haleine. La maison qui la protège des persécutions allemandes ? Bombardée. Le passeur qui la conduit à la frontière ? Un nazi. Le Résistant qui l’accueille dans son réseau ? Un collabo masqué. Rachel pourtant ne demande rien. Ne cherche qu’à ne pas mourir dans ce monde de cartes d’état-major et de poings sur la table, dans ce monde d’hommes qui feraient bien de rester à feignasser devant la télé plutôt que d’essayer d’y passer avec une kalachnikov en bandoulière et des poses de mauvais western. Regarder la télé vautré dans le canapé, oui, avec une bonne tablette de chocolats noisette entre les dents. Et ainsi tout le monde aurait la paix, la paix serait le lot du monde.

6 Commentaires

  1. Et le Nutella est l’avenir de Jean-Michel Cohen…

  2. « Les femmes ne présideront jamais aux destinées de l’humanité. »

    Cela était peut-être vrai à Yalta, en 1945 (à cette époque, les femmes n’avaient d’ailleurs pas encore le droit de voter, en France). Je pense que les choses ont un peu évolué aujourd’hui, même si tout n’est pas parfait, et qu’il reste encore du chemin à faire, particulièrement dans certains pays se proclamant « Républiques » ou « Démocraties », mais dont le régime s’apparente plutôt à une dictature, n’accordant, entre autres, (pratiquement) aucun droit aux femmes.

    Si l’on se limite aux vraies démocraties européennes, on peut noter, par exemple, la participation de Madame Merkel à des sommets internationaux, type G20. Je pense qu’elle fait partie de ces femmes qui ont un rôle décisif à jouer dans les enjeux politiques et économiques au niveau international, indépendamment de la politique qu’elle mène dans son propre pays, l’Allemagne, et indépendamment des idées qu’elle défend, auxquelles on peut adhérer, ou pas. Par exemple, elle s’implique au même titre que notre cher Président, dans la crise de la Grèce, de la zone euro, et ses opinions / prises de position semblent peser aussi lourd dans la balance européenne que celles de Monsieur Sarkozy, d’autant plus que l’Allemagne est toujours considérée comme l’une des plus grandes puissances économiques de l’Europe (ce qui, peut-être, accentue l’influence de Madame Merkel dans les décisions prises au niveau européen).

    En ce qui concerne l’ex-couple Jonathan / Laetitia, se faire « plaquer » par un « pauvre type », qui « croit qu’il va être obligé de casser » (il n’en est même pas certain, le mufle, c’est un comble !), cela vaut-il vraiment la peine de risquer une crise de foie à cause d’un excès de chocolat ?

    Personnellement, et au risque de paraître un peu « dure de caractère » (pour une fois), je ne le crois pas (une double dose de tisane pour sombrer dans les bras de Morphée et rêver à la paix des ménages et dans le monde pourrait tout autant faire l’affaire, à mon avis). Sauf si la gourmandise s’en mêle : alors là, évidemment, il n’y a pas de mal à se faire du bien.

    Le chocolat étant un moyen de survivre (c’est apparemment un remède typiquement féminin), il serait peut-être bon et solidaire de troquer le Van Houten, le Poulain ou le Côte d’Or contre du chocolat « Commerce équitable » qui, pour quelques centimes d’euros supplémentaires, permettra éventuellement à certains peuples, dans le monde, de vivre ou survivre en paix, sans s’entretuer pour manger.

    Et afin que chacun puisse aspirer à vivre en parfaite harmonie, hommes comme femmes, espérons que celles et ceux qui n’aiment pas le chocolat trouveront un autre moyen tout aussi doux et inoffensif que le chocolat d’accéder à la paix (intérieure, extérieure, …).

    • Je savais bien que le chocolat t’inspirerait
      Je serait moins optimiste que toi sur la parité générale dans les sphères de décision
      Merkel est la femme qui cache une forêt d’hommes.

      • Je pense effectivement que Angela Merkel a des conseillers ET sûrement des conseillères, à sa disposition, qui l’orientent dans ses décisions politiques.

        Mais, au final, c’est quand même elle que l’on voit dans les grandes réunions internationales. Elle ne donne pas l’impression de jouer un rôle purement représentatif, d’autant plus que, dans le système politique allemand, la chancelière dispose du pouvoir exécutif, alors que le président de la République n’a, lui, qu’un rôle représentatif.

        Angela Merkel n’exerce peut être pas une influence déterminante sur les avancées mondiales mais, quand même, elle est une femme présente, au moins sur les photos officelles. On peut peut-être considérer cela comme un bon début de féminisation des « sphères de décision ».

        • Je n’ai pas nié qu’Angela ait du pouvoir, j’ai rappelé l’évidence qu’elle était une exception -regardons les photos de famille des G20, et notre assemblée, et tout un tas d’indicateurs incontestables.

    • @Delphine:

      Merci Delphine pour ton intervention.

Laisser un commentaire