Begaudeau.info, le site officiel de François Bégaudeau

Pas encore membre ? Enregistrez-vous et simplifiez-vous les commentaires !

TOP 30, la playlist de Bégaudeau

Parce que ça lui plaît

Toute la presse en parle !
« Honnêtement avant que je l’ ai vue sa playlist,  je l’ aurais pas cru » (Philippe Manoeuvre dans Marianne),
« il a toujours été un franc-tireur sournois » (Dominique Cassagrande dans Rock’n Folk)
Participez !

Découvrez la playlist de François ci-dessous. Si vous pensez avoir cerné ses goûts au point de les influencer alors proposez-lui un titre capable de détrôner un des siens. Cela peut même être un titre composé par vous, votre groupe, votre soeur. François écoutera et décidera.

Comment faire ?

Rien de plus simple : postez un commentaire contenant un lien  vers votre proposition à la suite de cet article.

 

 La playlist directement sur Youtube en cliquant ici

LA PLAYLIST (MàJ au 08/03/13)

(classement chronologique)

En vert les entrées, en orange les entrées les plus récentes

En Bleu les titres stables

En rouge au bas de la playlist les sorties

__________________________________________________________________________

Rolling Stones – Sympathy for the devil (Suggestion de Gladys avec G comme…)

Getting Better – The Beatles

Sly & The Family Stone – Underdog

Aretha Franklin – Respect

The Jackson 5 – I Want You Back

New York Dolls – Personality Crisis

Bruce Springsteen – it’s hard to be a saint in the city (suggestion de Joe Sweat)

The Stooges – Search And Destroy

Dr Feelgood – She Does It Right

Ramones – Beat on the Brat

The Clash – What’s my name

The Damned – Fan Club

Dogs – Teenage Fever

Pretenders – middle of the road (suggestion de Juliette revisitée par François)

Pixies – Debaser

Kriss Kross – Jump (suggestion de Izabelle)

Supergrass – Caught By The Fuzz

Nofx – Philthy Phil Philanthropis

Green Day – The Grouch (suggestion de Hakima)

Les Wampas – Twist a chicoutimi

Lauryn Hill – Doo Wop (suggestion de Bulle)

Jay-Z – I Just Wanna Love U (Give It 2 Me)

At The Drive In – One Armed Scissor (suggestion de Andynosaure)

Mando Diao – The Band

Kings Of Leon – King Of The Rodeo

The Fratellis – Henrietta (suggestion de Jeannie)

Munchausen by Proxy – Yes Man (suggestion de Zut, je n’ai pas de pseudo)

Eddy Current Suppression Ring – Which way to go (découvert grâce à Fe)

Azealia Banks – 212

The Monsters – Blow (suggestion de anna fabete)

ILS SONT SORTIS

The Rolling Stones – The Last Time

Jimi Hendrix – Purple Haze

The Stooges – 1969

Sex Pistols – God Save The Queen

Queen – Death on Two Legs

Stiff Little Fingers – Gotta Getaway

O.T.H. – Parce que ça nous plaît

Green Day – Stuck With Me

Arctic Monkeys – Bet You Look Good On The Dancefloor

The Breeders – Cannonball

The Strokes – Barely Legal (Demo)

The Rolling Stones – Have you seen your mother baby…

Nancy Sinatra – These Boots Are Made for Walkin’ 

Cypress Hill – Insane in the brain

The Undertones – Teenage Kicks

The Saints – Lost and found

Bunny Holiday & Pop Levi – Teach Me How To Bunny

Orelsan – Soirée Ratée

Fatboy Slim – Talking bout my baby

 

 

7 944 Commentaires

  1. Prends ça dans ta face, Phil Collins https://youtu.be/qmtH5qj2JtU

  2. j’adorais ce générique, paris la nuit, le monde dans les rues
    http://www.ina.fr/video/I08304423

  3. si des amateurs de Mano Solo trainent par ici, voici une émission de france inter du 9 juin qui parle de lui
    https://www.franceculture.fr/emissions/une-vie-une-oeuvre/mano-solo-1963-2010-poete-punk

    ne pas se laisser rebuter par le ton de l’intro, la suite est mieux

    • @Juliette B: j’aime beaucoup,
      j’imagine de tu connais aussi ce tube ,
      qui ne le connait pas ?

    • @Juliette B: Oh bah je sais pas où on se trouve mais c’est craignos dis donc ,
      la hongrie peut-être ?

    • @Juliette B: tiens , comme je sais que t’aimes pas trop le rap

      • @anne-laure: merci biquette

        • @Juliette B: et je viens de voir comme les journalistes sont des êtres sensibles,
          ben ça alors,
          j’en reviens pô

          • @anne-laure:

            Gay, lapidaire, ayant le sens de la formule, Rachel Maddow a été engagée en 2009 pour sa forte personnalité et son engagement militant.

            pas vraiment « les journalistes »

          • @ju: ouais c’est vrai,
            et puis je dois avouer que du fin fond de ma région de France je reçois toujours un peu les images des états unis d’Amérique comme des scènes de comédies,
            m’ont l’air sincères ces larmes tout de même

          • @anne-laure: on m’a dit que Melania en est aussi très affectée.

          • @anne-laure: très sincèrement affectée je veux dire.

          • @juju: je savais pas qui c’était mélania , j’ai pensé à une femme noire ,
            mais oui pfff t’es bête ,
            hier soir me demandait ce que birguitte avait pensé de ce que son chéri chéri avait balancé au gamin de 13 ans qui chantait l’internationale,
            et puis finalement j’ai arrêté de me poser des questions cons

          • @juju: mais tu vois m’étonnerait pas que du haut de sa montagne de dernier de cordée notre fredo soit en train de scribouiller un p’tit article en retour de la fameuse consigne présidentielle,
            wouh putain ça va chier

          • @anne-laure: Brigitte a dit à Manu de mettre sur son compte twitter la totalité de l’échange avec le petit jeune, comme ça on voit qu’il est humain. Par exemple, il lui conseille d’avoir une mention au Brevet, comme les Résistants de la seconde guerre mondiale. Et puis après il lui touche amicalement le bras en partant, histoire de dire : tout président Manu que je suis, je te veux que tu bien frère.

            C’est son truc au président, toucher notre bras dans les bains de foule, même si on lui en coûte un.

            c’est quelque part la-dedans la video en entier https://twitter.com/emmanuelmacron

          • @juliette: tu me fais rire, oui j’avais vu la suite de la vidéo avec l’humanité de manu ( faut croire que j’ai vraiment rien d’autre à foutre en ce moment ),
            bé Brigitte elle était prof pour enfants bourgeois aussi, normal.
            Tout est normal tout va bien, c’est ce que me disait en gros félix après que je lui ai raconté.
            Félix qui n’a pas de diplôme et qui ne se nourrit pas par lui-même.
            Aaaaah c’est donc pour ça qu’il ne voit pas pourquoi on ferait la révolution.

            Ouais le truc de toucher le bras c’est marrant parce que c’est ce que j’ai repéré dans la vidéo de lacan que vincent macaigne a posté sur son compte tweeter après l’histoire à la con avec les machins du chaos.
            ça me rappelle la fois où une collègue voulait me convaincre qu’on pouvait pas reprendre mimi dans notre service parce qu’il était trop mal éduqué, elle m’avait saisi le bras. Houuuu l’horreur.
            Cela n’a eu comme effet que de confirmer ma posture. Forcément.

          • @juju: non mais parce que , je te raconte vite fait, en résumé :
            mimi après avoir trainé à la rue , squatté à droite à gauche chez des potes, avoir tenté d’intégrer des foyers pour sdfs et s’en être fait jeter, est revenu dans l’hp et redemande à venir dans notre service.
            L’autre soir je suis allée en intervention d’urgence dans le service d’admission où il est, pour une histoire de fugue d’un autre patient mais aussi parce qu’il était en train de faire son cirque,
            avait fabriqué un fouet avec des cables électriques et voulait faire la justice pour défendre deux jeunes femmes dont un type avait abusé sexuellement,
            voulait fouetter les soignants qui s’opposeraient à lui etc etc
            Le problème c’est qu’il ne fait peur à personne cet imbécile.

        • @Juliette B: et pendant ce temps là, du côté de chez fifi ,

          avé le doigt devant

          • @anne-laure: mais dis-moi, tu devais pas changer de service et partir à l’aventure à l’extérieur toi ?

          • @juju: bé si c’est ce que je fais,
            j’ai prévu d’emmener laurence véro et virginie à la plage,
            comprends pas ta question ,

            comme elles zont pas de maillots de bain virginie a fait youhou on se baignera à poils ( en se trémoussant en levant les bras en l’air ),
            elles sont dingues ces femmes

          • @anne-laure: comme tu disais « mon service » et tu parlais de mimi j’ai cru que tu parlais de ton ancien service, dans le grand hôpital

          • @juju: aaaaah d’accord, mon service actuel est aussi dans l’hôpital en fait,
            mais on peut davantage s’en éloigner parce qu’on a moins de charge de travail, parce qu’on a une équipe renforcée dans la journée,
            un max d’aides-soignantes dans ce service à vrai dire.

            tu connais la p’tite série offerte par olivier et ses amis ?
            si t’es pas trop gavée des histoires de mai 68.
            Je crois même que c’est olivier qui chante le rap.

          • @anne-laure: tout s’éclaire. merci pour le lien.

        • @Juliette B: tiens regarde il est pas mal celui-là,
          mais putain que fait mon chef de guerre,
          pour bouter le néolibéralisme hors de France,

          ah bah monsieur fait de l’escalade, oui c’est vrai.
          Et il monte et il descend, et il remonte etc

          • @juliette: ouais c’est à partir de cette info que je suis tombée sur la cadre de santé de Grenoble,
            où les gens disent : oui mais c’était chez elle alors ça rentre pas dans le cadre des causes professionnelles,
            je m’écrangle comme dirait véro,

            mais putain de bordel de merde de pseudoscientifiques de mes couilles, personne ne se pose la question si par hasard le travail n’aurait pas un impact sur la vraie vie ?
            si le fait de tenir à son travail n’aurait pas une cause éminemment psychologique plus que simplement pratique,
            à quoi sert le travail etc etc
            etc

            moi tu vois ça me donne envie de soulever ma robe et de me mettre à genoux,
            que je sois pas folle avec les révoltés

          • @anne-laure: oui c’est un sujet très intéressant cette façon de disqualifier le suicide professionnel au motif que tu aurais déjà une situation personnelle « difficile », genre un couple à la dérive.

            Comme si les situations personnelles difficiles n’étaient pas le lot de millions de personnes, qui pour autant ne se jettent pas par la fenêtre.

            Bon évidemment on comprend mieux les choses quand on sait que l’enjeu pour l’employeur – incriminé ou pas – et pour la sécu – qui décide par sa qualification de l’acte s’il y aura indemnisation pour la famille ou pas.

            De ce point de vue, ça va être intéressant de suivre ce procès là (en dessous), tellement long à venir mais finalement décidé. Jamais lu en détail autant de saloperies sur une politique quotidienne de management de tueurs, et avec un tel cynisme, que dans cette boîte au cours des années passées.

            Suicide à France Télécom : les ex-dirigeants renvoyés devant le tribunal pour harcèlement moral

            L’ancien PDG Didier Lombard et six autres dirigeants seront jugés pour leur management. Une première pour une entreprise du CAC 40.

            LE MONDE | 19.06.2018 Par Emeline Cazir

            La décision prise par deux juges du pôle de santé publique de Paris, mardi 12 juin, de renvoyer pour « harcèlement moral », devant le tribunal correctionnel, Didier Lombard, l’ancien PDG de France Télécom, son numéro deux, Louis-Pierre Wenes, et le DRH Olivier Barberot, soit les plus hauts dirigeants d’une entreprise, est rarissime, pour ne pas dire inédite. Le fait qu’elle concerne une société du CAC 40 est, lui, une première.

            Habituellement, ce sont les supérieurs directs des salariés, autrement dit les N + 1, à qui la justice demande de s’expliquer sur « des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail » (article 222-33-2 du code pénal). Mais là, au terme de l’enquête déclenchée par la vague de suicides qui a secoué France Télécom à la fin des années 2000, les juges, qui décrivent un « harcèlement organisé a l’échelle de l’entreprise », considèrent que les conséquences de cette organisation pathogène relèvent de la direction générale.

            Didier Lombard apparaît même « comme le principal responsable de la mise sous pression de l’entreprise », insistent les magistrats, dans l’ordonnance de renvoi, un document de 673 pages, dont Le Monde a pris connaissance. « Il est celui qui a pris l’engagement devant les milieux financiers de faire baisser la masse salariale pour dégager 7 milliards de cash-flow. »

            Aux côtés des trois dirigeants, « le bon, la brute et le truand », comme ils se surnommaient, quatre cadres devront comparaître pour « complicité de harcèlement moral ». « Au vu de leur place dans l’organisation », Guy-Patrick Cherouvrier, Jacques Moulin, Brigitte Bravin-Dumont et Nathalie Boulanger-Depommier, « étaient parfaitement informés » des conditions de travail dégradées et des conséquences qu’avaient leurs « méthodes de gestion » sur la santé des salariés, estiment les juges. Orange est également renvoyée pour « harcèlement moral », conformément aux réquisitions du parquet.

            L’affaire France Télécom est devenue, en France, le symbole de la souffrance au travail. Les conséquences dramatiques de la mise en œuvre du vaste plan de restructuration – une soixantaine de personnes ont mis fin à leur jour à partir de 2008, dont 35 en 2008 et 2009 – résonnent toujours pour les salariés pris dans des processus de modernisation, et à qui on demande de s’adapter et de produire toujours plus.

            Au milieu des années 2000, l’opérateur historique doit se réorganiser en profondeur pour faire face à l’ouverture à la concurrence. Début 2006, Didier Lombard, fraîchement nommé, présente le plan Next. Son discours prononcé devant les cadres, l’automne suivant, reste dans toutes les mémoires. D’ici à trois ans, 22 000 salariés devront avoir quitté l’entreprise, et 14 000 autres auront changé de poste, annonce-t-il. Soit une personne sur trois. Outre les chiffres, le ton est rude. « Il faut qu’on sorte de la position mère poule (…). Ce sera un peu plus dirigiste que par le passé. »
            Olivier Barberot, le DRH, a sa méthode : le « crash programme ». On connaît la suite. Le plan Act, initialement volet social du plan Next, devient un plan de départs forcés. Avec les conséquences humaines qui ont suivi.

            Les milliers de mails et documents qu’ont récupéré le juge Pascal Gand et les enquêteurs ont permis de révéler la politique managériale, celle de la chaise vide, érigée en système, ces années-là. A l’école de management de Cachan (Val-de-Marne), les cadres étaient formés à « brusquer un peu pour provoquer une réflexion », à « supprimer le poste pour faire bouger ». Les cibles ? Les plus anciens, bien sûr. Mais aussi, les pères et mères de famille, à qui on proposait un poste à 200 kilomètres de chez eux pour qu’ils le refusent. La déstabilisation, générale, n’épargna personne. La rémunération des cadres indexée sur le nombre de départs a fini « de parfaire le dispositif ». « Non que le gain soit important », expliquent les juges, mais dans le contexte, « cette technique de management a agi comme un moyen de pression efficace ».

            Des alertes ont eu beau être lancées, toutes ont été ignorées. Face à une situation « d’impuissance et d’échec », les médecins du travail ont démissionné. Quant aux syndicats laissés de côté, là encore, c’était voulu : « Les dirigeants ont délibérément fait échouer les négociations avec les organisations syndicales (…) et imposé une décision unilatérale. »

            Parfois, on sent l’ironie poindre sous la plume des magistrats. « Grâce au plan Act, Didier Lombard a tenu les promesses faites devant les milieux financiers : 7 milliards de cash-flow et 22 000 départs, 10 000 mobilités et 6 000 recrutements. La stratégie industrielle et économique mise en œuvre (…) a été couronnée de succès. » « Sous le seul angle de la stratégie industrielle », poursuivent-ils, le discours de Didier Lombard à la Maison de la chimie « est un discours visionnaire… si on fait fi de la composante humaine de l’entreprise ».

            Pour leur défense, les ex-dirigeants de France Télécom ont tout invoqué : la crise, les difficultés économiques, l’ouverture du marché. « Une fois encore, insistent les juges, il n’est pas reproché aux personnes mises en examen leurs choix stratégiques (…), mais la manière dont la conduite de cette “restructuration” a été faite. » Les magistrats ne nient pas « les contraintes économiques et technologiques », mais rien n’autorise « à mettre en place une organisation et des méthodes managériales » (…) « au mépris de la santé et de l’avenir professionnel des personnels », insistent-ils.

            Les syndicats, se sont réjouis de cette décision de renvoi, même si certains regrettent que le chef d’homicide involontaire n’ait pas été retenu. Orange, par la voix de son porte-parole, a tenu à rappeler qu’elle est « une entreprise résolument tournée vers l’avenir, dans laquelle les salariés se déclarent fiers de travailler ». Les mis en cause n’ont, eux, fait aucun commentaire. Tout au plus, Jean Veil, le conseil de Didier Lombard, a-t-il qualifié tout ceci d’« absurde ».

          • récemment un ingénieur de la SNCF détaché chez Eurostar me racontait le management par la terreur débarqué dans la boite en 2016, quand il fallait à toute force compenser les déficits crées par les attentats
            on est loin d’en avoir fini avec ces saloperies – ça fait trop jouir

          • @juliette: à cause de la guerre qui est trop forte à faire la souffrance et il faut libérer les chevaliers du mont st michel,

            ça m’fait penser à la fois où j’ai emmené les filles voir les ânes dans le service de l’hp qui recueille tout ce qu’il y a de plus déficient du genre humain ( c’est même plus l’hp d’ailleurs c’est un lieu de vie financé par je sais plus qui, les mêmes qui financent les ehpad j’imagine ) ,
            véro a promené un âne qu’elle appelait le poney,
            après elle a rencontré michel et elle en revenait pas parce que c’était son vieux pote de son ancien service, elle a tenu à me le présenter,
            j’ai papoté avec michel et j’apprends qu’il partait en vacances au mont saint michel,
            je trouvais que c’était bien logique compte tenu de son prénom alors j’ai trouvé ça louche,
            je lui ai demandé pour combien de temps il partait là-bas il m’a répondu pour six mois, enfin bon , encore un qui dit n’importe quoi qui prend ses désirs pour la réalité.

            Quand on partait véro à fait un grand aurevoir et un grand merci pour les poneys,
            les gens ont rectifié : les ânes ,
            et elle a fait : oui ! merci pour les poneys !!

          • @juliette: oui tout à fait c’est très intéressant, elle est bien ton affaire,
            je crois comme mimile que le suicide est le plus beau symptôme pour commencer sérieusement à faire de la politique,
            commencer à se poser la question de pourquoi des gens décident de quitter radicalement ce monde,
            est-ce que ce monde ne serait pas le problème ?
            à partir de là tu développes

          • @juju: non mais parce que même les suicides pour causes sentimentales,
            ( schématiquement : perte de l’être aimé et aimant )
            cela me raconte que le monde dans toute son enflure n’a rien d’autre à proposer ?
            ça craint du boudin

          • @juliette: et tiens j’y repense, sur la question des conditions de travail y a la dernière émission hors-série avec la douce et jolie sociologue,
            où elle nous transmet ce que ça fait psychologiquement d’être auto-entrepreneur,
            c’est très intéressant, ça faisait un moment que je me posais des questions sur ce sujet, et comme bon, je connais pas trop d’auto-entrepreneurs,

            sinon je t’ai déjà raconté qu’à mon directeur des soins j’avais dit qu’il fallait me donner un poste à la maison d’arrêt sinon j’allais me pendre ?
            pfff keske je peux être rigolote moi alors

          • @juju: et bon, comme on sait, le chantage au suicide n’a pas fonctionné,

            rraah zut, pourtant j’aurais juré

            soit il m’a pas crue,
            soit il voulait me voir pendue

          • Merci pour cet article Juliette. On m’a raconté la même méthode de management dans les banques. Visiblement ça marche bien.

            management sur le même modèle : regroupement-fusion de banques donc suppression d’agences bancaires pour économiser, donc harcèlement pour supprimer les employés des agences bancaires. Les employés ont ce problème, ils ne savent pas fusionner.

          • @ju: comme auto-entrepreneur je connais mon beauf , du temps où il bossait à paris et réparait les digicodes ,
            il est en ce moment employé dans une boite de trucs électroniques,
            ( fils de conducteur de camion de lait dans les Vosges , hypersyndiqué fou de rock de foot collectionneur de pin’s )

            il a voté macron et le regrette,
            récemment il a tué une lapine en tombant dessus aussi , mais rien à voir.

          • @billy: moi ce que je trouve surtout très intéressant dans l’article de juju c’est le prénom guy-patrick

          • @anne-laure: Guy-Patrick, ce sera le prénom de ma fille.

        • @Juliette B: sur la question de ce que cet enflure de monde a à nous proposer, j’y reviens, je me mets à penser au film retour à bollène dont le personnage principal est un transfuge de classe comme tu les aimes,
          c’est à dire que le type est mal né : arabe dans une banlieue d’une ville de la région paca.
          Je pense que tu peux faire pire au niveau de la Syrie ou du Bangladesh mais quand même.

          Il devient homme d’affaire je ne sais pas trop quoi à dubai, réussite professionnelle et pleine de thune ,
          et puis il a une belle nana intelligente comme compagne,
          et : elle est américaine.
          Bon ben le type il est pas joyeux.
          Il ne sent pas la joie.
          Son avenir me semble de mauvaise augure.

          C’est un film très intéressant par ailleurs, très réaliste je pense, un peu de la même lignée que le film avé les corses ( je sais plus le titre ), où rien n’est expliqué, tout est fabriqué simplement, morcelé,
          la psychologie et le scénario nous restent opaques.
          C’est à nous de jouer.

          Si tu peux le voir ça te changera des films de merde de billy.

        • @Juliette B: ah bah tiens, je viens de tomber sur un autre chevalier un chef de guerre, et le décor qui va avec ,
          sur la fin surtout il est intéressant, je suis d’accord avec son diagnostic évidemment

          • mais kesseussécé drapeaux anarcho-communiste avec des tortues de mer de Tahiti, sont pas bien ces gens hein

          • @juliette: et j’aime bien quand une femme intervient vers la fin pour dire : c’est pas vrai,
            et qu’il insiste parce qu’il a tellement raison de pointer le déni de cette connasse ( qui j’imagine est encore dans le délire de la psychothérapie institutionnelle des années 70 que personne n’écoute ),
            ouais j’insulte mes collègues par derrière en douce planquée dans le truc musique du site internet François Bégaudeau,
            je suis tellement lâche

          • @anne-laure: oui, j’avais pas fait gaffe à la dame la première fois, mais tu as raison.

          • @ju: mais tkt je dis aussi des choses en face, sans le mot connasse,
            récemment une collègue pas loin de la retraite, l’une des burnoutées, me tenait le discours déjà entendu par d’autres bouches, qu’elle y comprenait plus rien à not’boulot,
            qu’elle avait appris des trucs avant et maintenant plus rien, et que ce qu’on fait contredit le précédent etc perte de sens et gnagnagni ,
            et alors moi je lui ai dit que putain mais t’as un savoir, connasse de femme soumise, t’as l’expérience,
            c’est comme ça qu’on avait commencé à libérer les malades, avec l’expérience des gardiens de fous etc etc
            bon bref, je me mettais en rage toute seule comme d’hab

          • @juju: je crois que y’a rien qui me met plus en rage que les gens qui se plaignent et attendent un bon maître pour les libérer de leurs souffrances ,
            je sais pas d’où ça me vient ce nœud , faudrait que j’en parle à miguel

          • @ju: non mais parce que tu vois, on rigole on rigole , mais le bon chef de guerre qu’espère jeannette,
            ben c’est elle

          • @anne-laure: ça lui fait une belle jambe son savoir et son expérience si on lui donne l’ordre de faire des choses qui les contredisent, ou si on l’empêche matériellement de les mettre à profit.

          • @juliette: bé oui t’as raison, c’est ce que je ruminais tout à l’heure sous la douche après l’écoute du docu des suspendus,
            le problème c’est le cadre de la loi, la crainte de la prise de risques ,
            ce qui a tué les soins en psychiatrie je pense entre autres,
            alors qu’on est sans cesse dans le risque le hors la loi dans ce petit pays de la folie , hors cadre ,
            tu fais rentrer ça dans un cadre y reste quedalle,
            c’est un tout petit carré à la con,

            ça m’fait penser qu’une collègue nous racontait que les autistes adoraient les carrés et pas les ronds, ça les angoisse les rond, elle avait appris ça à l’école ,

            j’en suis restée bien perplexe

          • @juliette: dans le service où je suis comme je te le disais on a plus de moyen en effectif dans la journée, et les patients les moins lourds ( koike ),
            on fait l’expérience du luxe , qui ressemblerait sensiblement à la psychiatrie du temps d’avant,
            ben on peut faire des tas de petites choses intéressantes,
            du genre recueillir un bébé pivert perdu et le remettre vers l’arbre de ses parents,
            l’observer grimper sur le tronc ,
            avec ludovic qui dit en boucle  » y va pas y arriver  »
            ludovic le roi de la loose qui dit avoir décidé par lui-même d’être un parasite du système,

            bon ben c’est avec la même collègue que j’insultais tout à l’heure qu’on a fait ça , elle était contente.
            Elle me disait qu’on devrait faire ça plus souvent,
            bé oui allez : allons à la récolte des bébés piverts

          • @anne-laure:

            on fait l’expérience du luxe , qui ressemblerait sensiblement à la psychiatrie du temps d’avant,

            Voilà,
            du normal d’avant devenu du luxe d’aujourd’hui
            Magique

          • @ju: oui elle est très bien ta remarque,
            ce qui est du luxe est normal donc ,
            je le pense aussi.

            Mais dernièrement je me suis encore mise en rage ( putain j’arrête pas ) parce que françois nous disait que l’équipe du CMP était pas suffisamment en effectif pour assurer le suivi à domicile du p’tit nono ,
            et j’ai dit : mais c’est du CMP ou pas du CMP faudrait savoir ( en rage donc ) ,
            françois a dit : non mais tu vas descendre de ton piédestal oui,

            il est rigolo

          • @anne-laure: tu vas finir suspendue toi si ça continue (je viens d’écouter l’émission, pas mal dis donc)

          • @juliette: arrête ça m’fait trop rêver la suspension,
            ah mais c’est pas faute de m’être acharnée depuis des années à pas connaitre les protocoles et procédures hein,
            ça marche pas , je sais pas pourquoi

          • @juliette: et ouais elle est pas mal du tout cette petite émission des suspendus ,
            m’a rappelé les pieds sur terre au chs du rouvray avec Jean-Yves qui nous expliquait comment il avait été interrogé par les gendarmes après le suicide du patient,
            interrogé par l’administration de plus j’imagine,
            où à un moment il s’est senti perçu comme un criminel ( il m’est arrivé à peu près le même genre de situation au boulot, c’est pas mal ça fait réfléchir, et depuis le DRH me dit bonjour quand je le croise ça me fait une belle jambe ) ,
            c’est là où dans la tête de Jean-Yves tout a basculé vers le manque de moyens que la société donne à la psychiatrie,
            radicalement je veux dire,
            parce qu’il le savait déjà avant,
            mais là il l’a bien senti dans son corps

        • @Juliette B: j’étais en train de me dire : tiennnnns si j’allais au cinéma pour me changer les idées, que j’arrête un peu de saouler tout le monde avec la psychiatrie

  4. J’ai ce morceau en tête depuis deux semaines : https://youtu.be/BDHidMlViMc

    • @Jérémy: ah bah c’est malin ça m’excite total en moins de deux notes qu’il n’en faut pour l’entendre,
      alors que j’étais là tranquilou avachie dans le canap à me dire boooooonnnn alleeeez je vais me pieuter

      • @anne-laure: c’est fait pour te réveiller, mon enfant. Et tu ne dormiras plus.

        • @Jérémy: ben surtout que là je me retrouve en deep purple du coup,
          ça craiiiiiinnnnt putain,
          je sens que ça va finir en led zeppelin tout ça,
          et je vais dormir en rêves érotiques comme il se doit.
          Bon cela dit je me disais qu’il fallait que tu te trouves autre chose pour les deux semaines à venir, maintenant que tu nous as largué ton morceau.

  5. pour les fans de Renaud
    video hier à l’isle sur la sorgue (66 ans)
    https://www.sharedsite.com/hlm-de-renaud/bar-tabac/forum/phpBB3/viewtopic.php?f=6&t=28083

    • @Jérémy: on dirait la BO d’un Dolan.

      • @Charles: en effet, oui. Est-il sur les starting-blocks pour la reformation d’Abba ?

        • Par rapport à tous les gouts exprimés dans cette page, Abba c’est Schubert.
          Comme c’est énervant tout ça.
          Je signale aussi que l’entretien avec GVS est nul, en tout cas très en-deça de ce qu’on pourrait faire dire à ce cinéaste, quand il est à son meilleur. Ce que Edouard et Lalanne ne cessent de lui dire, c’est : tu filmes les exclus, hein Gus? Comme si « filmer les exclus » pouvait en quelque manière rendre compte du génie de la trilogie, par exemple.

          • La sincérité de Louis sur ses goûts musicaux de chiottes-c’est finalement ce que je sauverais dans tout ça,

            même si on voit bien que dans sa petite économie personnelle il a calculé que cette affirmation populaire pittoresque était un capital à préserver.

          • exactement
            ca serait pas mal d’avouer des gouts honteux, mais ça sent tellement la pose
            ou bien ça sent l’indigence du gout musical, et c’est pire
            vraiment rien entre Loana et Brahms?
            ah si, Lana del rey et Birkin – et là d’un coup le grand penseur social s’éteint, incapable de voir que ces gouts là sont éminemment bourgeois, éminemment inrocks
            je note aussi : zéro rock (musique d’hétéro-beauf)

          • @François: Bien d’accord sur l’entretien GVS.

          • mais je lirais le livre moi aussi.

          • @François Bégaudeau: aveuglement total, cécité à la forme artistique. On avait déjà évoqué ce que GDL et Louis pourraient dire d’un Rohmer. A ce train-là, sur la seule foi de ses personnages mondains, l’oeuvre de Proust mérite donc le mépris. Et le livre d’un gars qui, loin du tumulte post 7 janvier, raconte une expérience intime, sans autre sujet que lui-même, semblera le comble de l’égotisme petit-bourgeois.

          • Je note chez ce Louis une pathologique tendance à l’hyperbole. Le récit d’un faits divers, il l’appelle « Histoire de la violence ». Ecrire lui donne « honte ». Et maintenant son livre « Qui a tué mon père? » tue un père encore vivant -oui j’ai compris la métaphore, mais je note qu’elle est de type hyperbolique.
            Goeffroy aussi s’emporte. Geoffroy souvent fait le monde plus violent qu’il n’est -et c’est moi qui dis ça. Geoffroy laisse dire « extermination ».

          • d’ou leur vient ce gout de la violence?
            d’ou leur vient ce gout de l’humiliation?

          • Dans un vieil entretien, paru à la sortie d’Eddy Bellegueule, Louis avait avoué qu’il se foutait du style, en avait profité pour rejeter la notion d’écriture blanche, lorsqu’il s’agit de parler des bouquins d’Annie Ernaux, tout en lui reconnaissant pour le coup une puissance d’écriture, une dimension révolutionnaire, sans vraiment dire à quoi elle tient, sans citer des exemples précis d’énoncés.

            Parce qu’en l’occurrence, travaillant le coeur de la question, il aurait été obligé d’inclure des auteurs qui ne se sentent pas assujettis par ces injonctions sociétales, qui n’en font pas un préalable à leur travail. Je pense aussi que pour lui, il est insupportable que le « je » qui s’exprime ne réfère pas immédiatement à une identité sociale, qu’il ne soit pas immédiatement signifiant de ce point de vue.

          • Parce que dans un certain nombre d’interviews, Louis assigne une responsabilité à la littérature, qu’il exhorte même à être le porte-parole d’un « sens commun » -sic-. Comment ne pas imaginer que tout le reste en découle ? La fonction de l’écrivain, parce qu’il a bel et bien une fonction, la partition stupide entre des livres inutiles et des livres inutiles, et finalement la grande entreprise de moralisation, défendue par maman Ernaux, quand elle se dresse contre Millet, par exemple. Et au bout l’idée qu’il existe des intellectuels qui doivent dire la violence du monde. Je pense qu’Eribon, GDL, Louis ne se sont pas fondamentalement défaits de ces axiomes.

          • Fondamentalement pas.

          • @François Bégaudeau: s’ils s’interrogeaient sur les origines de ce goût, ils écriraient un « Deux singes ». Je pense qu’ils sont tous les deux très loin de le faire. Pour l’instant. En tout cas, ce n’est pas en marchant sur les traces du « Retour à Reims » qu’ils y parviendront.

    • On a déja feuilleté ce numéro dirigé par lui
      On l’on découvre un album photo de lui et Geoffroy et Didier, 4 pages sur le dernier livre de Didier, 6 pages avec Geoffroy interrogeant Assa Traoré. On l’on découvre 10 pages sur la minorité asiatique, 4 sur une photographe militante noire, 6 sur des demandeurs d’asile LGBT, 8 pour un long entretien avec GVS, une sur les cheminots.

      • Où l’on découvre.

        • @François Bégaudeau: j’en ai lu les 3/4 et l’ai trouvé chiant ce numéro, impression d’un propos très répétitif et déjà entendu puisque que chacun fait tour à tour la promo de ce que raconte l’autre quand il intervient quelque part.

          L’interview d’Assa Traore renvoie par ailleurs de façon assez frappante à vos échanges avec Mersou.

          • J’ai lu.
            Je trouve assez dingue le manque de rigueur de cet échange, puisque c’en est un. Il y a des choses très justes, mais qui à chaque fois sont gâchées par un saut dans l’excès. Comme si la violence sociale-raciale n’était pas suffisante comme ça, il faut absolument parler d »extermination » des populations noires et arabes en France. Et Geoffroy et Edouard laissent dire, sans doute animés par une sorte de discrimination positive appliquée à l’intellect : ce que je ne laisserais pas passer dans la bouche d’un intellectuel, je le pardonne à Assa. A moins qu’ils pensent aussi que le terme extermination s’impose, et c’est pire.

          • la question que je me pose depuis quelques temps déjà, c’est est-ce que geoffroy et ses amis empuissantisent Assa et sa pensée propre ou lui aspirent la moelle et lui pourrissent objectivement la vie (tous ses frères emprisonnés).

            Je le dis pas comme une réponse, c’est vraiment une question que je me pose.

      • @François Bégaudeau: belle immanence de la description. J’ai vu l’album photo et ça m’a énervé. Tout comme son éditorial, lu quelque part sur le net. Qui se disqualifie tout seul. Il faut quand même oser les dernières lignes.

        « Je crois que l’intention de ce numéro est claire : mon rêve serait qu’en le lisant, la lectrice et le lecteur aient envie de hurler et de mettre du désordre dans la France autoritaire de Macron. Il est temps. Allumons le feu ! »

        Je ne peux pas croire que Louis soit aussi naïf au point de croire en la simple performativité de l’appel. Y croit-il vraiment ?

        Mais je lirai quand même son bouquin.

        • Bon, bref, beaucoup de croyances dans ma phrase.

        • Cela dit, j’ai un peur, quand j’apprends qu’y figurent des énoncés comme  : « Jacques Chirac et Xavier Bertrand te détruisaient les intestins », « Nicolas Sarkozy te faisait comprendre que tu étais en trop dans le monde, un voleur, un surnuméraire, une bouche inutile », « Nicolas Sarkozy et Martin Hirsh te broyaient le dos », « Hollande, Valls et El Khomri t’ont asphyxié », « Emmanuel Macron t’enlève la nourriture de la bouche ».

          On verra le reste.

        • Ailleurs il nous refait le coup de la honte d’écrire alors que des migrants meurent.

          • @François Bégaudeau: On est sûr que ce n’est pas un troll en fait ce mec?

          • Edouard Louis?
            je ris

  6. un peu de reggae pour se réchauffer

    Naâman – I’m Alright
    https://www.youtube.com/watch?v=UusbembOcIc

    Naâman – Simplicity
    https://www.youtube.com/watch?v=-vTBV8l2voQ

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.