Begaudeau.info, le site officiel de François Bégaudeau

Pas encore membre ? Enregistrez-vous et simplifiez-vous les commentaires !

Mon premier disque rien qu’à moi

Mon premier 33 tours, je l’ai longtemps regardé avant de l’acheter. 75 francs en 1984, ça n’est pas rien comme dépense pour un type de treize ans. Or il me le faut ce disque, à la maison il y a War, l’album précédent, mais il est à mon frère et il est temps que j’aie un album à moi. En attendant de franchir le pas, tous les soirs après le collège je passe chez Nuggets1 pour le sortir du bac, en extraire le vinyl 33 tours u2 the unforgettable fireenveloppé dans du papier glacé, revenir à la pochette cartonnée. Scruter la photo rectangulaire au dos. Ils sont tous les quatre debout en quinconce au premier plan, coupés au ventre. Ils ne sourient pas. A l’époque il ne faut pas. La hype, qu’à l’époque on appelle pas encore la hype2, est au masque cold. Eux pourtant c’est autre chose. C’est la gravité de chrétiens irlandais qui portent sur leurs épaules la misère du monde et entendent la rédimer par leur musique –l’année suivante il y aura le Band Aid pour l’Ethiopie, à l’époque la misère est éthiopienne. Ce serait indécent de danser sur des cadavres et dans les ruines de l’idéal. A l’arrière-plan il y a une ruine, de château médiéval ou de je ne sais quoi. Dans un magazine, j’apprends que l’Unforgettable fire éponyme évoque Hiroshima. Voilà, j’ai tout compris et je suis super d’accord que merde à la fin, qu’il faut changer tout ça. Une fois le disque acheté, je joindrai mes poumons à ceux de Bono pour crier « we’ll build a bridge across the sea and land », au point d’orgue de A sort of homecoming qui demeure une belle chanson je l’ai réécoutée hier soir juste avant Lyon-Real. Sur la pochette même, les musiciens sont en pied cette fois, répartis aux quatre coins du petit plateau que domine la même ruine. On ne distingue plus les têtes, le cadre est large, mais on sent la gravité encore. Moi je rêve d’être photographié dans ce genre de pose, que tout le monde sache à quel point je suis concerné, à quel point je souffre, à quel point j’ai une vie intérieure.
L’année suivante, la découverte des Clash vide ma tête de toute cette merde métaphysique.

NOTES
  1. NDLR : non McDo ne vendait pas de musique, Nuggets était une chaîne de magasins de disques et cassettes []
  2. NDLR : pour nos jeunes lecteurs « la hype » est une expression signifiant « à la mode » que les vieux nés dans les années 80 utilisaient dans les années 2000 pour faire hype []

6 Commentaires

  1. THE UNFORGETTABBLE FIRE fait partie de mes premiers achats en K7 avec SO de PETER GABRIEL ( véritable chef d’œuvre )au même titre que THE HURTING de TEARS FOR FEARS puis mais premiers achats en CD à l’époque ou il y avait 3 lettres derrière la pochette pour nous donner la qualité numérique ( seule la musique classique était en tout numérique ), mon argent de poche pour BEDS ARE BURNING de MIDNIGHT OIL (DIESEL AND DUST ) puis par amour pour ma future femme ‘WHEN THE NIGHT IS COME ‘ de BEN E KING et enfin marqué pour toujours avec THE JOSHUA TREE ( en AAD )de U2 ou la guitare semble traduire les paroles ;(leur dernier album est une vrai réussite ,NO LINE ON THE HORIZON ), mais derniers coups de cœur sont MUSE , COLDPLAY et MARRON 5 , pas très original mais terriblement efficace , comme moi tu est très ROCK mais je reste très ouvert à tous les styles , selon l’ambiance …sauf peut être du Patrick SEBASTIEN ( lui qui trouve indécent , les émissions sur les pets mais pas de montrer son sexe en direct cf W9 ) mais parlons nous encore de musique ?
    AMICALEMENT ROCK stéphane bégaudeau

  2. Ouais alors moi j’aime beaucoup cet album et j’écoute les Clash aussi. En même temps, ils aiment pas grand-chose ceux-là parce faudrait aussi qu’on arrête d’écouter les Beatles (phoney beatlemania has bitten the dust…mais bon on pardonne l’erreur de jugement)

    • tu l’as réécouté récemment?
      je trouve que deux tiennent : A sort of homecoming, et Elvis Presley and America (qui est vraiment un chef-d’oeuvre)

      • Tout à fait d’accord. Pour faire conventionnel, j’avoue que j’aime beaucoup Bad aussi. Par contre Pride me sort par les yeux

      • Ce disque est bon mais bon en même temps avec U2 tout est bon, c’est chaque fois autre chose, incomparable, mais chaque fois génial, c’est à ça qu’on reconnait le talent non? Se diversifier, changer de style musical et rester au top.

  3. « …the sea and land, » François, si je peux me permettre (au lieu de « see »)

    hmm, la première fois que j’ai acheté un album au lieu de le copier de ma grande soeur… ha ha, oh oui, une cassette de James Taylor Greatest Hits, ou peut-être c’était les Indigo Girls ! Ça donne l’impression que je suis beaucoup plus vielle que je suis…

Laisser un commentaire